Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 15:31

Synthèse sommaire (Julien Deshayes - 2002)

 

 Magneville-l-Esgaree--17-.jpg

L’église paroissiale Notre-Dame de Magneville est mentionnée pour la première fois dans un document datant des environs de 1050-1060, faisant état de sa donation par Robert Bertran, seigneur de Bricquebec, à l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen. Plus rien ne subsiste aujourd’hui de cette église du XIe siècle, dont le chœur fut intégralement reconstruit dans les années 1120-1140, et la nef environ un siècle plus tard.

 Magneville-l-Esgaree--52-.jpg

Ce chœur à chevet plat, formé de deux travées voûtées sur croisées d’ogives, constitue l’un des plus remarquables représentants de l’architecture romane du Clos du Cotentin. L’articulation savante des voûtes sur nervures croisées, s’équilibrant sur de solides piliers à colonnes engagées, est complétée par un décor sculpté d’une grande variété : Figures animales, masques humains et créatures fantastiques alternent avec des motifs d’entrelacs géométriques et de palmettes végétales.

Bricquebec-et-canton-divers-3622.jpg

Comme l’a souligné Maylis Baylé, ce répertoire semble étroitement inspiré des arts précieux ; enluminures, textiles ou orfèvreries. Le traitement des rinceaux à tiges perlées et larges fleurons courbés visible sur l’un des chapiteaux, apparaît en particulier très proche de celui employé dans la composition des lettrines produites au XIe siècle dans les scriptoria bénédictins de Normandie. Le thème du perroquet, identifiable sur une autre corbeille, reproduit probablement ceux de bestiaires enluminés contemporains.

054 Compo palmettes magneville Compo-parrots.jpg

Ce foisonnement ornemental s'étend aussi aux bases des colonnes, parfois décorées de curieux masques anthropomorphes, ainsi qu'à l'arc triomphal, dont le larmier d'extrados et formé d'une succession de dragons s'entre dévorant. Quelques chapiteaux très sobres, à simples corbeilles lisses, apportent toutefois un jeu de nuances subtiles au sein de cet ensemble, que venait jadis compléter des rehauts de peinture

Bricquebec-et-canton-divers-3616.jpg

A l'extérieur du choeur les modillons sculpté soutenant la corniche présentent essentiellement des variations sur le thème du masque, tantôt d'aspect humain ou animal, mais l’atelier intervenu au XIIe siècle sur les sculptures du chœur a également produit pour cette église de remarquables fonts baptismaux. Maintes fois reproduits et commentés, ces derniers sont ornés à chaque angle de masques grimaçants, évocation selon certains auteurs des quatre fleuves du paradis, ou bien, selon d'autres, des quatre "races" de la terre. Une inscription portée en lettres peintes fait référence à la vertu purificatrice et salvatrice des eaux baptismales : « Totus purgatur qui sacro fonte lavatur - fons lavat exterius spiritus interius ».

 Bricquebec-et-canton-divers-3596-copie-1.jpg

La chapelle de la Vierge, édifiée au XVIe siècle, dégage sur le flanc sud du chœur un espace lumineux, abondamment éclairé par de larges baies aux remplages flamboyants. La nef longue et étroite, simplement couverte d’une voûte en plâtre installée en 1861, donne par contraste une impression d’extrême dénuement.

 Magneville-l-Esgaree--70-.jpg

Une inscription latine indique que le clocher fut édifié en l’an 1481. Cette tour porche très massive, placée à l’occident de la nef, abrite une chapelle d’étage, consacrée selon la tradition à l’archange saint Michel. Cette disposition exceptionnelle évoque un vieil usage de l’époque carolingienne, lorsqu’il était coutume d’associer aux sanctuaires consacrés à la Vierge une chapelle haute occidentale dédiée à l’Archange. A Magneville toutefois - l’inscription de 1481 faisant fois - ce culte n’est probablement pas antérieur à la fin de la guerre de Cent Ans, période de renouveau de la dévotion à l’Archange, dont le sanctuaire du Mont-Saint-Michel avait vaillamment résisté aux assauts des armées anglaises.

Le travail du même atelier se repère dans le chœur de la petite chapelle de Selsoif à St-sauveur-le-Vicomte. Probablement s’agit-il d’une équipe précédemment active sur le chantier de l’église abbatiale de Saint-Sauveur, dont Selsoif constituait un prieuré.

Outre le décor des fonts baptismaux, quelques traces de polychromie romane sont encore discernables sur certains tailloirs.

 

Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin/ tous droits réservés

RETOUR

Partager cet article

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • : Ce site présente les actualités proposées par l'équipe du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin. Il contient également des dossiers documentaires consacrés au patrimoine et à l'histoire de Valognes, Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • Contact