Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 16:06

 

P1000048

L'église Notre-Dame vue depuis le donjon de Bricquebec

L’église primitive de Bricquebec, dont il subsiste encore de beaux vestiges d’époque romane, se trouvait dans le quartier dit « du village », auprès du croisement des anciennes routes menant de Valognes vers Portbail et Saint-Sauveur-le-Vicomte. L’édifice menaçant ruine, sa restauration s’avérant délicate et le goût pour la conservation du patrimoine n’étant alors partagé que par quelques rares esprits éclairés, le choix fut fait à la fin du XIXe siècle d’abandonner le vieux monument et de reconstruire un nouveau lieu de culte. Déjà défendue par l’abbé Couppey au milieu du XIXe siècle, cette idée mit cependant longtemps à s’imposer et fut à l’origine de conflits virulents. Les hameaux de l’Etang-Bertran et de Rocheville, bénéficiant de leur propre sanctuaire, ne souhaitèrent pas participer au financement de la nouvelle église. Ils obtinrent en cette occasion leur détachement de Bricquebec et leur érection en communes autonomes. Se heurtant à la réprobation d’une partie du conseil municipal, l’accomplissement du projet ne put se faire qu’en raison de l’extrême ténacité du curé de la paroisse, l’abbé Lebreton (1891-1906) qui, après avoir fait don du terrain, finança une partie de la construction.

 

bricquebec

Représentation en mosaïque de la nouvelle église sur la tombe de son constructeur, l'abbé Lebreton

La première pierre de la nouvelle église fut posée le 5 juin 1898 par Dom Vital Lehodey, abbé de la Trappe. Son ouverture au culte date du 29 avril 1900. L’architecte départemental chargé des travaux, nommé Pillioud, se conforma à un parti de construction de style néo-gothique, dans le goût qui prédominait en France depuis déjà le milieu du XIXe siècle. Il s’agit d’un exemple représentatif d’ « église de catalogue », reproduisant un modèle consacré d’édifice à tour de clocher en façade, chœur à déambulatoire et chapelle d’axe.

7ales églises

L'église nouvelle sur une carte postale du début du XXe siècle

Le matériau de construction initialement prévu par l’architecte était le grès local. C’est le curé de la paroisse qui préconisa l’emploi d’un parement en calcaire, et le paya de ses propres deniers. Digne héritier de la tradition des « curés bâtisseurs », l’abbé Lebreton fit également exécuter à ses frais la construction de la chapelle d’axe de l’église, dite « circata », à l’entrée de laquelle fut placée en son souvenir une dalle de mosaïque imitée des plates-tombes paléochrétienne.

divers fin juin 08 036

Intérieur de l'église

Intérieurement, l’édifice se signale par sa grande clarté, en partie due à l’emploi d’un calcaire très clair et en partie à l’emploi d’un vitrage en « grisaille » qui laisse amplement circuler la lumière. Faute de pouvoir se conformer au modèle des grandes églises à trois niveaux, l’architecte a établi à hauteur des fenêtres hautes une fausse galerie de circulation, donnant l’illusion d’un étage supplémentaire. La sculpture des chapiteaux, en partie inachevée, emploi un répertoire assez stéréotypé de formes végétales inspiré de modèles du XIIIe siècle.

Julien Deshayes

Retour

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 18:47

 Ndie illustrée

 Aux origines de l'abbaye, la chapelle castrale des vicomtes du Cotentin

 La fondation de l'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte fut précédée par celle d'une chapelle collégiale, établie peu avant l'an Mil par le vicomte Roger en son château de Saint-Sauveur. Cette collégiale rassemblait au milieu du XIe siècle neuf chanoines, pourvus de revenus provenant principalement des iles anglo-normandes. La suppression de cette communauté et son remplacement par des moines venus de Jumièges est traditionnellement datée de 1067. Cette substitution, motivée par l'aura spirituelle dont bénéficiaient alors les frères de l'ordre de saint Benoît, était également dictée par la volonté d'instituer, par l'intermédiaire des moines, une importante réforme des institutions religieuses. Il s'agissait aussi d'un acte politique, soutenu par le duc Guillaume, qui, en encourageant la restitution aux abbayes d'une partie des domaines que l'aristocratie s'était approprié, s'efforçait de limiter et de contrôler le pouvoir des seigneurs locaux.

 fouilles ssvte plan au sol

Sarcophage de la nécropole de l'ancienne chapelle castrale retrouvées au cours des fouilles menées en 2001 sous la direction de Gérard Vilgrain


La fondation de l'abbaye

Le déplacement de la communauté depuis la basse-cour du château vers son site actuel semble effectif vers 1080, date à laquelle Néel le Vicomte, baron de Saint-Sauveur, octroie de nouvelles donations à l'abbaye. Le commencement du chantier de la nouvelle église est probablement assez voisin de cette date, puisque c’est à ce même Néel qu’est attribuée dans un acte postérieur l’entreprise de la construction de l’abbaye. Une autre charte, précisément datée de 1104, permet de documenter une importante cérémonie effectuée à l'occasion de la donation à l’abbaye de l’église Saint-Martin de Grosville, en présence du vicomte Eudes et de son épouse, de l’évêque de Coutances et de l’abbé Bénigne, ainsi que de nombreux clercs, moines et seigneurs locaux. Sans être parfaitement explicite, cette cérémonie, incluant le dépôt symbolique de l’église nouvellement offerte sur l’autel de l’abbaye, apparaît indicative de l’achèvement d’une première étape du chantier, comprenant vraisemblablement la construction du chœur liturgique de l'église abbatiale. L’achèvement de l'édifice est attesté par un acte du cartulaire, daté des environs de 1165, faisant état de la dédicace de l’abbaye par Jourdain Tesson et son épouse, en présence de l’archevêque et de plusieurs évêques, abbés, clercs et laïcs rassemblés.

 Jean-Charles DANJOY 2

Plan de l'église abbatiale par Danjoy

 

La construction romane

Lorsque la communauté bénédictine de Saint-Sauveur-le-Vicomte entreprend, vers la fin du XIe siècle, la construction de son église abbatiale, elle utilise des formules architecturales éprouvées, parvenues à leur pleine maturité, au gré d’expériences déjà nombreuses menées en d’autres abbayes du duché. L'étude des vestiges subsistants indique que le plan de l'édifice comprenait un chœur à abside flanqué de chapelles à chevet plat formant bas-côtés, augmentées de deux absidioles orientées, greffées sur les bras du transept. La tour dominant la croisée du transept, autre héritage de la construction romane, dominait l'étagement harmonieux des volumes du chœur et s'articulait avec une longue nef à bas-côtés. Cette nef comprenait une élévation à trois niveaux, superposant aux grandes arcades des parties basses un triforium aveugle et un étage de fenêtres hautes muni d’une galerie de circulation aménagée dans l'épaisseur du mur. D’après l’organisation des supports du mur sud de la nef - seule partie de l'édifice primitif conservée dans sa presque intégralité - il semble que le vaisseau central ait pu posséder initialement un voûtement sur croisées d’ogives. L'ensemble de ces différents éléments impose une comparaison privilégiée avec l'église abbatiale de Lessay, distante seulement d'une vingtaine de kilomètres. Outre l'adoption d'un plan similaire et le recours précoce au voûtement sur croisée d'ogives, les deux édifices présentent des points communs évidents, jusque dans le détail de leurs articulations et de leur décor sculpté. L'hypothèse de l'intervention d'un même architecte, ou d'une même équipe de bâtisseurs, dans la construction de ces églises qui étaient, sur un plan formel, presque des sœurs jumelles, mérite d'être proposée.

 Bouet VA 07

Détail de l'élévation romane levé par Georges Bouet

Le cadre d'un idéal spirituel

Saint-Sauveur et Lessay obéissaient toutes deux à un parti architectural fondé sur une stricte géométrie de volumes géométriques simples et unifiés, régulièrement ordonnancés par une consonance rythmée d’arcs et d’arcatures. Dans l’esthétique bénédictine du XIe siècle, cette rigueur géométrique se faisait expression d’un ordre supérieur, celui d'une création divine conçue selon des lois numériques d’ordre et de mesure. Cet ordre était également reproduit dans la disposition des bâtiments monastiques, régulièrement organisée autour du cloître, enveloppe d’une vie selon la règle dont l'objectif visait à regagner, par la pratique assidue de la louange liturgique et de la lectio divina, l’état angélique perdu lors de la Chute. Participant de cet idéal monastique, l’architecture se voulait incarner, par sa clarté structurelle, l’harmonie intelligible des hiérarchies célestes. Mais ce microcosme d’une création restaurée n'eut été achevé si le décor sculpté n’y apportait, avec une sobriété propre aux édifices monastiques normands, son élément propre de diversité. L’alternance subtile des chapiteaux sculptés de godrons, de feuilles plates ou de corbeilles lisses couronnant les colonnes définit, au sein de cet espace unifié, une part indispensable de variété, tout comme la variété des individus constituant la communauté se devait d’être préservée dans l’union de la charité monastique.

 chapiteau romans de la nef

      Chapiteaux romans de la nef de l'église abbatiale

 

Destructions et renaissances

 Les importants dommages subis par l’abbaye ont, au cours des siècles, pratiquement gommé, pour le visiteur d’aujourd’hui, la perception du projet initial des bâtisseurs romans. Immédiatement voisine du château, qui fut un enjeu militaire considérable durant la guerre de Cent ans, l'abbaye eût en premier lieu à souffrir très directement de ce conflit. Une enquête menée en 1422 fait état de la ruine des bâtiments, condamnant les moines à dormir sur de la paille à l'intérieur l'église, elle-même partiellement détruite depuis 1375. La restauration est entreprise à partir de l'abbatiat de Etienne du Hecquet (1439-1444), auquel est attribué la reconstruction d'une chapelle dédiée la Vierge. Selon le père Lerosey, la réédification intégrale du chœur et la reprise des parties endommagées de la nef ne fut effectuée que sous l'abbatiat de Jean Caillot, entre 1451 et 1470. Ce chœur gothique flamboyant substitue à la calme horizontalité des parties romanes un élan monumental nouveau. L’abside à trois pans, très lumineuse, est éclairée par deux niveaux de fenêtres de hauteur croissante, produisant un net effet de verticalité. A l’extérieur, l’élancement de l’élévation est renforcé par de solides contreforts biais, hérissés de gargouilles et couronnés en leur sommet de balustrades ajourées. Cette belle construction gothique a souvent été comparée au chœur de l'église abbatiale du Mont-Saint-Michel. Elle doit être plus étroitement encore rapprochée de celui de l'église paroissiale Saint-Malo de Valognes, son contemporain, qui en reprend les principales dispositions.

Saint-Sauveur--abbaye 2050

   Le chevet ré-édifié au XVe siècle

Abandonnée par les moines dès avant la Révolution Française, vendue après 1792 comme bien national, l'abbaye se voit ensuite transformée en carrière de pierre. L'état pitoyable dans lequel se trouvait l'édifice au début du XIXe siècle est documenté par des gravures romantiques, montrant l'abbatiale totalement éventrée, privée d'une bonne partie de sa façade et de l'intégralité du mur nord de la nef.

L'ensemble aurait probablement disparu aujourd'hui si Marie Madeleine Postel n'avait décidé, en 1832, de venir s'y établir avec sa communauté. Les restaurations menées sous son impulsion à partir de 1838, ont parfaitement su respecter la diversité des campagnes de constructions qui faisait la spécificité de l’église abbatiale de Saint-Sauveur-le-Vicomte. A une époque où le renouveau du goût pour l’architecture médiévale dictait bien souvent des interventions trop systématiques, l’architecte François Halley, un "enfant du pays" au génie reconnu, a su faire preuve d’un rare pragmatisme. Si la verve de son inspiration, qui le conduisit à développer un décor sculpté riche et inventif, contraste avec la simplicité des ornements romans, sa compréhension des formes anciennes traduit, pour le reste, une intelligence remarquable de l’architecture médiévale. Nous avons souligné, dans une étude qui reste à paraître, combien cet « homme attardé tombé du ciel du Moyen Age » disposait en fait de solides références archéologiques. Puisées principalement dans l’atlas des Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie de 1825 et de 1834 ainsi que dans les illustrations de l’Abécédaire d’archéologie et des Cours d'antiquités monumentales professé à Caen en 1830, les sources d’inspiration de François Halley illustrent de manière très vivante l’impact exercé en leur temps par les publications d’Arcisse de Caumont.

 chap 03a

Le chantier de la reconstruction figuré sur l'un des chapiteaux sculptés par François Halley

 

Julien DESHAYES, 2006

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 16:02

 

repérage 15-17mai 08 010

La communauté des bénédictines de Valognes fut initialement fondée à Cherbourg, en 1623, avec le soutien étroit de la famille de Tourlaville. En 1626, la peste oblige les sœurs, dirigées par l'abbesse Charlotte de la Vigne, à fuir de la ville pour se réfugier à Tamerville, puis à Emondeville et enfin à Valognes. La congrégation trouve dans la petite capitale aristocratique du Cotentin un accueil enthousiaste et bénéficie de nombreuses donations.

Elle y obtient notamment, en 1629, un terrain important qui servira d’assise aux nouveaux bâtiments conventuels. La construction de l’église, entreprise en 1635, est achevée en 1648. La communauté qui comptait environ 80 moniales, et s’était donné pour mission de « pourvoir à la bonne éducation des demoiselles » et de donner asile aux orphelins, obtint du roi Louis XIII son érection en Abbaye royale.

Sa façade s’agrémente d’un surprenant portail baroque, orné de deux ordres superposés à pilastres et agrémenté d’une impressionnante profusion de bossages. Le logis de l’abbesse est un bel édifice, régulièrement ordonnancé par des chaînes harpées et de longs bandeaux horizontaux. Les autres bâtiments conventuels s’organisent autour d’un cloître à galerie d’arcades.

repérage 15-17mai 08 010

Confisquée à la Révolution, l’ancienne abbaye bénédictine abrite depuis 1810 l’hôpital de Valognes.

repérage 15-17mai 08 017

Valognes--ancienne-abbaye-benedictine 1855

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 15:29


l'église Saint-Malo de Valognes par Maugendre 

 L’église paroissiale Saint-Malo de Valognes est citée pour la première fois dans une charte du duc Guillaume le Bâtard, vers le milieu du XIe siècle. De l’ancienne église romane, jadis située à proximité du manoir ducal, seuls subsistent aujourd’hui quelques éléments de sculpture, retrouvés lors des travaux de la Reconstruction (conservés au Musée des Vieux Métiers de la ville). Le chœur de l’église actuelle, réédifié vers le milieu du XVe siècle, constitue l’un des plus remarquables représentant de l’architecture de style gothique flamboyant de Normandie. Il présente extérieurement une silhouette élancée, articulée par de puissants contreforts, dont la monumentalité est renforcée par la présence d’une crypte formant soubassement. Au sommet de l’élévation, une balustrade ajourée de quadrilobes relie les pinacles hérissés de gargouilles grimaçantes. L’intérieur du sanctuaire surprend par son spectaculaire étagement des voussures, s’additionnant au dessus des grandes arcades pour supporter la galerie de circulation qui courre à l’étage des fenêtres hautes.

Nous savons d’après une inscription relevée au XVIIe siècle par Pierre Mangon du Houguet que Thomas Lours et son épouse, avait financé en 1478 la construction du pilier sud ouest de la croisée de l’église, ainsi que l’arc jointif à celui-ci. Cette intervention indique une phase d’avancement du chantier, qui, le chœur achevé, progressait désormais en direction de la nef. La construction de la façade occidentale fut terminée peut avant 1532, date de la fondation de la chapelle du Saint Sépulcre, située à son revers, qui fut dotée et ornée cette année là d’une grande verrière et de deux statues. Cette façade était constituée d’un haut mur pignon accolé de fines tourelles d’angle et flanqué de bas côtés couverts de toitures à double pente. Elle était initialement divisée en trois niveaux par d’étroites galeries à balustrades et percée en son centre d’une grande baie circulaire. Le porche abritant le portail occidental constituait un élément architectural de qualité exceptionnelle et d’une grande originalité. Plutôt que de s’avancer vers l’extérieur de l’édifice, celui-ci était inséré en creux, dans l’épaisseur de la façade. Cette solution répondait à la contrainte imposée par un tissu urbain très resserré, interdisant tout empiétement sur la voirie. Couvert de voûtes sur croisées d’ogives ce porche ouvrait sur la rue par un haut arc en accolade couronné d’un gâble à fleuron. Son entrée se trouvait divisé en deux arcades par un pilier central formé d’une curieuse colonne annelée au fut inférieur orné d’écailles (un motif copié de l’architecture romaine). Avant que ces ornements ne soient détruits par les huguenots lors des guerres de Religion, les encadrements et les tympans du portail étaient entièrement tapissés de sculptures. On y trouvait notamment « représentés dans un paysage deux éléphants portant deux châteaux et l’arbre généalogique de la Vierge ». Auprès du porche, figurait aussi « une statue assez mal faite et mal placée » représentant selon la tradition maître maçon Halli Berghot, « lequel tenant un plomb à la main tomba de l’une des deux tours et se cassa le col ». Les photographies antérieures aux bombardements de la seconde guerre Mondiale laissent apparaître des niches creusées dans les ébrasements intérieurs du porche ainsi qu’un riche décor d’ornements végétaux recouvrant les voussures. Si cette architecture appartenait encore au style flamboyant, les huisseries en revanche affichaient clairement leur appartenance à la première Renaissance. Les vantaux de bois étaient sculptés de panneaux en reliefs montrant l’Assomption de la Vierge et la Transfiguration du Christ, placés sur un registre d’arcatures ou venaient se loger des figures d’apôtres. Les panneaux étaient ornés de candélabres, de cartouches, de pilastres et de petits chapiteaux composites.

 

03 Saint-Malo 2

Avant la dernière guerre, la porte d’entrée ouvrant au nord au bas de la nef de l’église Saint-Malo, du côté de l’actuelle place Vicq d’Azir, constituait un bel exemple d’ornement Renaissance. Celle-ci était couronnée de pots à feu et coiffée par un tympan orné d’un vase et de rinceaux d’acanthe. Elle était encadrée de profonds ébrasements en fasces et par d’étroits pilastres à décor de cercles et de losanges.

Le dôme réputé « florentin » qui couvrait la tour de l’église Saint-Malo faisait avant guerre la fierté des valognais. Planté sur une base octogonale ajourée en lanterne et couvert de dalles de pierre, il s’hérissait d’un lanternon, de gables et de frontons en pyramidions. Cet ouvrage restait toutefois d’une écriture assez sobre et bien qu’appartenant à une Renaissance déjà tardive, il s’harmonisait avec l’architecture flamboyante du reste de l’édifice. Le marché passé pour sa construction nous a été conservé, ainsi qu’un dessin à la plume montrant sommairement le projet en élévation. Nous savons ainsi qu’il fut édifié entre 1607 et 1612 par le maître maçon Richard Gobey, originaire de Hamblie, au compte de la fabrique et sous le contrôle actif du trésorier Gourrault. Le contrat stipulait que la construction se consisterait en « un dosme en forme d’imperialle de carreau », édifié en pierre de Valognes et d’Orival et qu’une ceinture de plomb viendrait en consolider la base. Quelques comptes de travaux, indiquant notamment le coût du transport de la pierre calcaire du Bessin acheminée via le port de Quinéville, ont été publiés.

REM0612

Véritable morceau de bravoure architectural, le choeur de l’édifice contraste aujourd'hui avec la sobriété dénudée de la nef, intégralement reconstruite après les bombardements américains de 1944. L’architecte Yves-Marie Froidevaux (également connu pour la restauration de l’abbatiale de Lessay) a privilégié une esthétique résolument moderne, où les piliers légers à l’épiderme de béton brut soutenant la voûte dégagent un volume ample et lumineux. Une tour de croisée formant lanterne a remplacé l’ancien dôme Renaissance, qui faisait jadis la fierté de la ville. Sur son flanc sud, l’église est précédée par un petit baptistère de plan carré et par un long porche couvert, dont chaque pilier est orné d’une figure de prophète biblique.

(J. Deshayes avril 2008)

067 choeur

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 11:25

 

 

LE CHÂTEAU DE BRICQUEBEC

 

La cour du château, lithographie par Maugendre

1 - Histoire

La fondation du château de Bricquebec est traditionnellement attribuée au scandinave Anslech, un membre de l'entourage du comte Guillaume Longue-Épée cité par Dudon de Saint-Quentin et Guillaume de Jumièges. Cette tradition n'est cependant vérifiée par aucune source médiévale, pas plus que ne l’est la filiation généralement établie entre ce personnage et la famille des Bertran, dont l'implantation à Bricquebec n'est attestée qu'à compter du milieu du XIe siècle. Le contexte et la date de constitution de cet honneur demeurent en conséquence relativement obscurs. Vaste domaine forestier, limité vers l'est et le sud par les rivières d'Ouve et de Scie et s'étendant vers l'ouest jusqu'à la mer, il fut l'un des plus importants fiefs seigneuriaux du Cotentin médiéval.

 

Plan du bourg de Bricquebec en 1782 (détail)

Le premier seigneur de Bricquebec identifié de manière sûre est Robert Ier Bertran, issu d’un lignage tout à fait extérieur au Cotentin. Celui-ci apparaît vers 1060 comme auteur d'une donation substantielle au profit de l'abbaye Saint-Ouen de Rouen, comprenant des biens répartis aussi bien à Bricquebec et ses environs (Magneville, Surtainville, le Vrétot) que dans le Pays d’Auge. Il figure durant la même période comme témoin de plusieurs actes ducaux et assure ponctuellement l'office de vicomte du Cotentin. Il fut manifestement l'un des piliers de la politique de stabilisation menée en Cotentin par Guillaume le Bâtard après la révolte de 1046-1047 et la bataille du Val-ès-Dunes. Son inhumation à Beaumont-en-Auge confirme l’ancrage augeron de sa famille, Bricquebec présentant davantage le caractère d’un domaine satellite à vocation d'approvisionnement économique.

 

Son fils, Robert II, est réputé avoir participé en 1096 à la prise de Jérusalem. Robert III, mort au siège de Caen en 1138, fut l'un des principaux opposants au parti de Geoffroi d'Anjou lors des guerres de succession consécutives à la mort d’Henri 1er Beauclerc. En 1172, Robert IV Bertran devait pour sa baronnie de Bricquebec le service de cinq chevaliers et détenait en propre le service de trente-trois chevaliers. Il possédait également les seigneuries de Roncheville, Fauguernon, Fontenay-le-Marmion, et la moitié de la ville et du port d’Honfleur. Ses domaines anglais comprenaient le domaine de Barde, dans l'Essex. Il décéda avant janvier 1194, date à laquelle son héritage est confirmé à son fils aîné, Robert V Bertran. À la mort de celui-ci, en 1202, Robert VI était mineur et fut placé, ainsi que ses frères et sœurs, sous la tutelle de Robert de Thibouville. Etant demeuré fidèle à Jean sans Terre lors de l'annexion de 1204, ce dernier se voit en représailles confisquer par Philippe Auguste ses fiefs normands, y compris ceux qu'il avait en garde. Le jeune Robert VI, étant pour sa part resté en Normandie, voit dans le même temps ses domaines d'outre Manche confisqués par Jean sans Terre. Ainsi privé de l’ensemble de son héritage, il doit attendre 1207 pour récupérer ses biens normands et rendre hommage au roi pour sa baronnie de Bricquebec. Loin cependant de se trouver amoindrie par la conquête de 1204, l'honneur de Bricquebec étend au contraire son emprise sur de nouveaux fiefs, issus du démembrement de domaines confisqués par Philippe Auguste sur des normands émigrés ou rebelles (domaine d’Olonde notamment). Robert VI épouse vers 1210 l'une des trois filles de Raoul Tesson, Jeanne, dont il reçoit le fief de Thury. Il suit Philippe Auguste à Bouvines et assiste en 1126 au couronnement de saint Louis. En 1245 son fils aîné, Robert VII, épouse Alix de Tancarville, fille de Raoul de Tancarville, chambellan de Normandie. A la génération suivante, Robert VIII obtient la main de Philippe de Nesles, fille du connétable de France, et il prend part en 1285 à la campagne d’Aragon. En Cotentin, la famille Bertran représente le cas le plus exemplaire d'ascension d’un haut lignage aristocratique dans l'entourage capétien. Sa position culmine au XIVème siècle avec la figure de Robert IX Bertran, dit le Chevalier au Vert Lion. Placé jeune page sous la protection de son oncle, Raoul de Clermont-Nesle, connétable de France, il est âgé de douze ans seulement lorsqu’il participe à la campagne militaire d'Aragon. Ayant hérité en 1307 du domaine paternel, il est adoubé chevalier vers 1310 et épouse en 1318 Marie de Sully, fils d'Henri de Sully, bouteiller de France. Emissaire auprès du roi en Angleterre en 1321, il parvient à sauver ce dernier lors d’une attaque de soldats écossais. Promu maréchal de France en 1325, à l'âge de 37 ans, il effectue ensuite des missions diplomatiques ou militaires en Flandres, Saintonge, Bordelais et Bretagne. Il assiste au couronnement de Philippe VI de Valois à Reims, le 29 mai 1328, et conquiert à son profit l’île de Guernesey.

Ayant obtenu au profit de son tout jeune fils, et grâce à son rang influent, la main d’une riche héritière du Bessin, Jeanne Bacon du Molay, il suscite la colère d’un second prétendant à ce mariage, Geoffroy d’Harcourt, sire de Saint-Sauveur-le-Vicomte, qui par vengeance s’engage dans une guerre privée contre son rival. Condamné pour ces agissements, Harcourt fini par se réfugier à la cour d’Angleterre et y incite le roi Édouard III à prendre pied en Cotentin. Le Chevalier au Vert Lion aurait alors tenté en vain de résister avec une poignée d’hommes à l’armée anglaise débarquée dans la baie de Saint-Vaast-la-Hougue, le 12 juillet 1346. Il organise aussi, avec son frère Guillaume, évêque de Bayeux, la défense du château de Caen. Après le décès du vieux maréchal, dont les fils meurent tous deux sur le champ de bataille, s’éteint une dynastie vieille de quatre cents ans.

 

Par le mariage de Jeanne Bertran, la baronnie de Bricquebec passe ensuite à la famille Paisnel, qui possédait aussi le château de Hambye. Livrée aux exactions de la soldatesque, soumise aux ravages de la peste et des famines, la presqu’île du Cotentin offre dans la seconde moitié du XIVsiècle le cadre à de multiples échauffourées opposant les troupes françaises, anglaises et navarraises. Un temps, soumise au roi de Navarre, Bricquebec revient rapidement dans le giron français et fournit au roi Charles V un précieux atout dans sa stratégie de reconquête.

Après une brève période de paix, la guerre reprend en 1418. Bricquebec est rapidement occupée par les troupes du roi Henry V d’Angleterre. Offert à William de la Pole, comte de Suffolk, puis revendu par ce dernier au capitaine Bertin Entwistle, le château reste sous domination anglaise jusque en 1450. Lorsqu’en 1452 Louis d’Estouteville, le vaillant défenseur du Mont-Saint-Michel, revient avec ses deux fils prendre possession du château, s’annonce déjà la fin du Moyen Âge. Au début du siècle suivant, les barons de Bricquebec abandonnent l’ancienne forteresse des Bertran pour s’établir dans leur nouvelle résidence, le château des Galleries, édifié suivant les préceptes de la Renaissance italienne.

2 -  Architecture

Le château de Bricquebec constitue un ensemble de vaste proportion, présentant une évolution architecturale trop complexe pour être étudiée ici dans le détail. Nous n'intégrons pas ici de réflexion sur la constitution même de la baronnie, ni sur l'hypothèse d'un déplacement du site castral primitif depuis un autre point de l'ancienne paroisse de Bricquebec. L'organisation de la cour actuelle, selon un tracé ovalaire, avec une motte positionnée en débord vers le sud-ouest,  maintient probablement dans ses grandes lignes l'assise d'une structure fossoyée primitive. L’assiette du site se développait aussi vers l’est, sur un vaste terrain correspondant à l’actuelle place des buttes.

Le château au XIIe siècle, proposition de restitution (dessin de Christophe ROUIL)

 

Le château d’époque romane

La spectaculaire aula à bas-côté, associée primitivement à une camera, une turris et à une chapelle canoniale, appartient aux dernières décennies du XIIe siècle. Etudié de manière approfondie par Edward Impey, cet édifice constitue l’un des plus vastes exemples de grande salle d’apparat d’époque romane conservé en France.  Mesurant initialement 24 mètres de longueur sur environ 15 mètres de large, elle formait une vaste nef couverte sous une charpente apparente et communiquait au nord avec un unique bas côté, par quatre grandes arcades de profil légèrement brisé retombant sur d’épaisses colonnes à chapiteaux. Sur le front sud, le mur gouttereau, formant initialement limite de la haute cour, conserve trois grandes baies abritées sous des arcs brisés donnant jour à l’édifice. Entre deux de ces fenêtres prenait appui une cheminée sur mur gouttereau, dont seule l’ouverture du conduit, abritée dans un contrefort saillant, est désormais visible depuis les combles. Des traces de polychromie subsistant dans l’ébrasement des fenêtres indiquent que l’intérieur de l’édifice était agrémenté d’un décor peint. A son extrémité occidentale le bâtiment se prolonge par une travée supplémentaire comportant deux niveaux. Au dessus d’un rez-de-chaussée plafonné, celle-ci abrite un étage éclairé par deux baies jumelles en plein cintre percées dans le mur pignon. La communication entre la grande salle-basse et cette pièce haute se faisait par un escalier droit intérieur, conduisant à une porte en plein cintre flanquée de colonnes engagées à chapiteaux végétaux. Depuis l’étage, un couloir voûté menait à des latrines et un escalier en vis logé dans l’épaisseur des maçonneries permettait d’accéder à une coursière située à hauteur des sablières. Stylistiquement, le décor sculpté des chapiteaux végétaux trouvent son point de comparaison le plus proche dans la nef de l’église de Sainte-Mère-Eglise. Il autorise aussi une comparaison significative avec les sculptures de la nef et du narthex de la cathédrale Saint-Pierre de Lisieux, édifiés dans les années 1160-1180 sous la responsabilité de l’évêque Arnoult.

La grande salle d'apparat d'époque romane, avant sa restauration des années 1890 (carte postale ancienne)

 

Selon l’analyse proposée par Edward Impey, la grande salle d’apparat d’époque romane communiquait également, par le haut-bout oriental de son bas-côté, avec une chambre seigneuriale ou camera qui constituait un bâtiment distinct, formant retour vers l’intérieur de la cour. Cet édifice, entièrement remanié à une date postérieure, est aujourd’hui arasé au niveau du sol. Il comprenait initialement au moins un étage supérieur, vraisemblablement accessible par un escalier droit extérieur. L’ensemble de la structure excavée ayant subsisté est appareillé en moellons de grès et en petites plaquettes de schiste. Il forme un rectangle d’une superficie de 19 mètres 80 sur 8 mètres 20.

Le programme résidentiel avec aula et camera dissociées était également associé à une chapelle canoniale dédiée à la Vierge. Qualifiée en 1456 de « belle et honorable », celle-ci est encore visible sur plusieurs plans sommaires datant de la fin du XVIIIème siècle. Plusieurs modillons romans aujourd’hui conservés dans la cave de la tour dite du Chartrier, ainsi qu’une belle porte de style gothique flamboyant remployée à l’étage de l’ancienne aula romane proviendraient de cette ancienne chapelle, disparue peu après la Révolution française.

Assises romanes de plan circulaire en soubassement de la tour maîtresse des XIVe et XVe siècle

 

Il subsiste également, affleurant au sommet de la motte, des éléments de soubassement d’une tour de plan circulaire, visibles en périphérie de l’actuel tour maîtresse polygonale. Il s’agit probablement des vestiges du donjon en pierre primitif, qui complétait l’ensemble castral du XIIe siècle. De cette structure subsiste vraisemblablement aussi le niveau de soubassement de plan circulaire, excavé dans le socle de la motte. La date de destruction de ce premier donjon en pierre n’est pas définie avec précision. Elle pourrait coïncider avec la suppression du bas-côté de la grande aula romane, qui fut manifestement consécutive à un incendie identifiable par des traces de rubéfaction localisées à l’intérieur des combles ainsi que sur les fûts des colonnes situées aux deux extrémités du bâtiment.

La tour quadrangulaire établie en flanquement sur le mur d’enceinte nord-ouest, dite Tour du Chartrier, résiste à une datation précise. Il apparaît cependant que le voutement sur croisée d’ogives de son rez-de-chaussée semi-enterré résulte manifestement d’une reprise effectuée au XVe siècle sur un édifice antérieur. Rien n’indique cependant qu’il puisse s’agir d’un édifice d’époque romane.

 

Extensions et reprises architecturales du XIVe siècle

L'observation attentive de l'édifice suggère que la construction de l'enceinte en pierre avec ses bâtiments accolés et ses tours de flanquements résulte pour l’essentiel  d'une phase d'aménagement de la première moitié du XIVe siècle. Une insertion datant de cette période est en particulier repérable au niveau de grande tour d'angle sud-est, dite "tour de l'Épine", qui formait un ensemble solidaire avec un beau bâtiment résidentiel édifié en prolongement du mur-pignon oriental de la aula romane. Ce logis comptait deux niveaux d'élévation, avec pièce haute sous charpente apparente, éclairés par de hautes fenêtres à trilobes ajourés. La distribution verticale du logis s'opérait par un escalier en vis logé dans la tour de l'Épine, qui abritait également des pièces de retrait et communiquait à son tour avec des latrines logées dans l'épaisseur du mur d'enceinte sud. La portion de courtine correspondante se limitait dans son état du XIVe siècle à enclore l'espace situé entre la tour de l'Épine et le mur-pignon est de la grande salle romane, dont la longue façade postérieure, équipée d'une coursière, formait au-delà prolongement du rempart. Côté nord, le premier étage du logis communiquait aussi avec le chemin de ronde établi sur la courtine, et rejoignait deux autres tours circulaires.

 

 

Tour de l’épine et vestiges du logis du XIVe siècle

 

L'ouvrage d'entrée à deux tours de flanquement polygonales situé en prolongement, ainsi que les bâtiments d'habitation accolés aux murs d'enceinte de part et d'autre, peuvent également être datés avec vraisemblance du XIVe siècle. Au centre de la portion de mur d’enceinte située entre la tour carrée dite tour du chartrier et l’ouvrage d’entrée nord, subsiste en particulier les vestiges d’une cheminée encadrée de colonnes à chapiteaux dont le décor végétal est bien datable, selon des critères stylistiques, du second ou troisième tiers du XIVe siècle. Il faut inclure dans la même phase de modification de l’édifice le voutement du rez-de-chaussée semi-enterré de l’ancienne camera romane, constitué de délicates nervures à clefs ouvragées supportées par une alternance de piliers ronds et octogonaux. Au terme de ces travaux, la cour du château formait un ensemble densément loti, entièrement entouré de bâtiments résidentiels.

Courtine nord/ nord-est

 

La haute tour maîtresse résulte pour partie d'une phase de construction légèrement antérieure ou immédiatement contemporaine des événements de la guerre de Cent Ans. Il s'agit un ouvrage à onze pans, implanté sur le sommet d'une motte artificielle. Il prend appui sur les fondements, encore partiellement visibles, d'un donjon antérieur de plan circulaire. Le rez-de-chaussée aveugle donne accès à un puits abrité sous un habitacle saillant de maçonnerie servant également à loger un escalier en vis reliant le premier étage. Les niveaux supérieurs étaient plafonnés, à l'exception de la plate-forme sommitale du donjon, portée sur une voûte d'arêtes à multiples voûtains. L'analyse de la structure du XIVe siècle est compliquée par une importante reprise architecturale effectuée au siècle suivant. L'analyse du premier étage montre en premier lieu que les murs ont alors été intégralement renforcés par un doublage presque systématique des maçonneries internes, pour atteindre 2 mètres 50 d’épaisseur. Lors de la même phase de travaux, un escalier en vis destiné à desservir les niveaux supérieurs a été assis dans l'ébrasement de l'une des fenêtres à meneaux qui éclairaient cet espace. Deux autres fenêtres à meneaux ainsi qu'une porte ouvrant au sud ont également été obstruées. La cheminée qui chauffait la pièce a été maladroitement condamnée pour servir d'appui à un nouvel âtre, installé ensuite au niveau supérieur. Des latrines, dont seul le débouché extérieur est encore visible, ont également été noyées dans les maçonneries lors des remaniements effectués au XVème siècle. Ces modifications visaient manifestement à renforcer les maçonneries des niveaux inférieurs pour asseoir au dessus de nouveaux étages. L'observation attentive des parements externes confirme cette lecture, en permettant d'observer une ligne horizontale de reprise située assez précisément à hauteur du plafonnement du premier étage de la tour. L'hypothèse privilégiée résultant de cette analyse est que le donjon de Bricquebec a fait l'objet d'une première reconstruction au XIVe siècle, sur la base arasée d'une tour romane antérieure. Cet édifice polygonal ne comptait alors qu'un unique étage, pièce haute abondamment éclairée par trois larges fenêtres, équipée de latrines et d'une cheminée, et accessible par une porte haute ouvrant du côté sud. Les parements internes étaient recouverts d’un décor peint en faux appareil à doubles traits de couleur rouge, dont il subsiste quelques résidus. C’est uniquement lors d'une reprise postérieure que cette construction a été augmentée de trois niveaux supplémentaires, pour prendre l'élancement vertical que nous lui connaissons aujourd'hui.

 

Plan, coupe et élévation du donjon. Aquarelle de Aillet, 1845

(Archives de la Commission des Monuments historiques).

 

Une gravure publiée en 1840 par Théodose Dumoncel dans la Revue archéologique du département de la Manche montre que la porte sud, ouvrant jadis au premier étage du donjon, permettait une communication directe avec un grand corps de logis qui s’étendait depuis le pied de la motte jusqu’au contact du mur pignon occidental de la aula romane. Ce logis détruit, dont il ne subsiste en élévation que quelques vestiges, n’a jamais fait l’objet d’une véritable tentative d’interprétation archéologique. Sur plusieurs plans aquarellés levés à la fin du XVIIIème siècle ce dernier est légendé sous l’appellation « maison des chefs ou maîtres ». L’élévation sud en est documentée par un dessin fait par Charles de Gerville, lors d’une visite effectuée en compagnie de John Sell Cotman au matin du 22 juillet 1822.

 

Le bâtiment apparaît aussi sur une lithographie de Engelman datée de 1830, très similaire au dessin de Gerville. Il avait en revanche été détruit lorsque Dumoncel fit exécuter en 1840 de nouveaux dessins.  Les deux vues du début du XIXème siècle montrent un haut corps de logis comportant trois niveaux d’habitation et formant clôture de la cour du château sur son front sud-ouest. Le parement externe en était renforcé par une série de contreforts reliés en leur sommet par des arcs en plein-cintre, sorte de lésènes délimitant quatre travées régulières. La rangée de fenêtres visibles sur le dessin de Gerville était constituée des baies rectangulaires divisées par des meneaux. En raison de sa connexion fonctionnelle avec la tour maîtresse, il est vraisemblable que cet édifice appartenait aux grandes campagnes de modernisation du château menées au XIVème siècle.

 

Logis disparu, dessin de Charles de Gerville, 1822

 

Nommé en 1345 « capitaine commis par le Roy aux frontières de la Mer, depuis Honefleu jusques en Bretagne », doté d'une fortune assez considérable, le maréchal Robert Bertran était particulièrement à même d'entreprendre dans la première moitié du XIVe siècle une importante campagne de construction, associant étroitement préoccupations défensives et exigences résidentielles. Cette reconstruction est susceptible de s’être prolongée durant l'occupation navarraise des années 1354-1366, période propice aux travaux de mise en défense, marquée par la présence fréquente du prince Louis, voire du roi Charles II en personne.

 

 

Le château des Estouteville

Aux constructions du XIVe siècle s’ajoutent d’autres travaux important menés au siècle suivant. Ceux-ci ne sont malheureusement documentés par aucune source écrite identifiée, mais s’inscrivent manifestement dans le cadre de la reprise en main de la baronnie par les d’Estouteville, au lendemain de la guerre de Cent ans. Nous avons déjà évoqué la reconstruction partielle de la tour maîtresse polygonale, dont l’élancement vertical actuel résulte de l’addition de trois niveaux supplémentaires venus se superposer à l’édifice antérieur. Pour surprenante que puisse apparaître une datation aussi tardive du donjon de Bricquebec, cette proposition, induite par le phasage relatif de la construction, est confortée par les modénatures des éléments en place : cheminées avec consoles à triples quarts de rond ou fenêtres à meneaux avec chanfreins de section aîgue, que l’on retrouve couramment dans un contexte local durant la seconde moitié du XVe siècle.

 

Il convient également d’attribuer à l’intervention des Estouteville le grand ouvrage d’entrée, dit Tour de l’Horloge, qui commande à l’ouest l’accès au château depuis le bourg de Bricquebec. Véritable beffroi seigneurial, ce dernier comprend deux étages résidentiels équipés de cheminées, de grandes baies à coussièges et de latrines. Le passage charretier, jadis précédé par un pont-levis à bascule, est protégé une rangée de mâchicoulis ainsi que par deux herses isolant un sas surmonté par un assommoir. Côté sud, la Tour de l’horloge est reliée au donjon par un haut mur d’enceinte. Côté nord, elle prend appui sur les vestiges d’une tour polygonale plus ancienne, vestige probable d’un ouvrage d’entrée antérieur à deux tours flanquantes, qui présentait sans doute une élévation assez similaire à celle de la porte nord-est.

 

 La Tour de l’Horloge, un beffroi seigneurial du XVe siècle

(carte postale ancienne)

 

C’est également dans la seconde moitié du XVe siècle qu’il convient de situer la construction du front sud de l’enceinte, tel qu’il nous apparaît aujourd’hui. Selon notre analyse, seule avait été construite auparavant la petite portion de courtine reliant la tour de l’Epine au contrefort sud-est de la aula romane. Une fois augmenté, ce mur d’enceinte se développait jusqu’au grand logis médiéval disparu, qui reliait ensuite la tour maitresse par un passage vouté. Il intègre une large structure quadrangulaire ouverte à la gorge, formant sur l’extérieur de la courtine une saillie d’environ cinq mètres.  Les deux niveaux supérieurs d’occupation qu’il abrite sont éclairés par des fenêtres étroites à traverse médiane et chanfreins épais. L’étage supérieur est doté de latrines en encorbellement et équipé d’archères présentant une faible valeur défensive. Qualifié de plateforme en légende des plans du XVIIIème siècle cet édifice ne paraît pas cependant avoir jamais été adapté au tir d’artillerie.

Plan du château vers 1780 (coll. Bbh J. Prévert de Cherbourg)

 

Julien DESHAYES (Pah Clos du Cotentin, 2004/2008)


Sources :

Marie Fauroux, « Recueil des actes des ducs de Normandie », M. S.A.N., t. XXXVI, 1961, n° 147, 148, 151, 156, 205, 224, 231 ; Edward IMPEY, « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », dans : L’architecture normande au Moyen âge, actes du colloque de Cerisy-la-Salle (18 septembre – 2 octobre 1994), vol. I, Caen, 1997, p. 230-232 ; Edward IMPEY, « Seigneurial domestic architecture in Normandy », dans : Manorial domestic buildings in England and Nothern France, The Society of Antiquaries of London, occasional papers vol. 15, Londres, 1993, p. 94-100 ; Paul LE CACHEUX, « Un aveu de la baronnie de Bricquebec en 1456 », dans : Revue catholique de Normandie, 7ème année, 1897, p. 233 ; Paul BERTRAND DE LA GRASSIERE, Le Chevalier au Vert Lion, Paris (s.d.) ; Julien Deshayes, « Le renouveau de la fortification dans la presqu'île du Cotentin à l’époque de la guerre de Cent Ans », Du ciseau du sculpteur au sourire des saints, catalogue de l'exposition tenue à Saint-Lô du 19 novembre 2005 au 29 janvier 2006, Saint-Lô,  2005 ; Julien DESHAYES, « Le château de Bricquebec », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. LXV, années 2002-2003, Caen, 2008, p.355-369.Sophie ROULLEY, "Le château de Bricquebec" mémoire de maîtrise de l’université de Nantes, sous la direction de Nicolas FAUCHERRE (2007) ; Charles de GERVILLE, Lettre à Auguste le Prévost citée par René ASSELIN, Une mésaventure de Charles de Gerville, Cherbourg, 1933 ; Michel Nortier, Documents normands du règne de Charles V, Paris, 2000, n° 73, 159, 172, 173 ; Michel Nortier, « Documents comptables des archives générales de Navarre concernant la Normandie », Cahiers Léopold Delisle, t. XIV, fasc. 1, 1965, n° 109 ; Gabriel de la MORANDIERE, Histoire de la Famille d’Estouteville en Normandie, Paris, 1903, p. 455) ; Jeanne THIEBOT, "la fin de l'occupation anglaise en 1450 à Bricquebec et dans le tabellionage", dans : Recueil d'études normandes offert en hommage à Michel Nortier, Cahiers Léopold Delisle, t. XLIV, 1995, p. 304).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 11:11

 

 Valognes, chapelle de la Victoire

La Chapelle de la Victoire (notice sommaire et provisoire, J. Deshayes, 2009)

L'abbé Adam écrivait en 1891 : "S'il est une opinion vraisemblable, c'est bien assurément celle qui consiste à penser que la chapelle Notre-Dame de la Victoire à Alleaume remonte au temps des romains". L'historien de la ville de Valognes rappelait que cette hypothèse, alors communément acceptée, se fondait sur ce vocable de la Victoire, susceptible de reprendre celui d'un temple Païen plus ancien, ainsi que sur l'observation archéologique de l'édifice, dont les soubassements semblent bel et bien intégrer une construction romaine. Une seconde tradition voulait toutefois que cette chapelle tienne son nom de la victoire remportée sur un groupe de soldats anglais, rescapés en 1450 de la bataille de Formigny, et qui, se repliant sur Cherbourg, furent massacrés le jour de la Pentecôte par la population valognaise.

6FI615_0423.JPG

Carte postale postérieure aux travaux effectués sur l'édifice en 1914

Les mentions les plus anciennes de l'édifice n’évoquent pas cependant le vocable de la Victoire, mais une chapelle dite "du Castellet". La première mention identifiée est contenue dans le cartulaire de l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte, consignant en 1222 le don d'une terre située "ad ecclesiam Sancte Marie de Casteler". Elle figure ensuite dans le "Livre Blanc" du diocèse de Coutances, datant de 1332, et mentionnant la "capella Castello". Un document de 1440 évoque également un chemin "tendant à la chapelle du Casteller". L’abbé Adam cite un acte encore postéieur, datant de 1616, relatif à la fondation d'une rente pour un sermon le jour saint Marc à la croix du Haut Castelley, en allant en procession à la chapelle du Castelley. Quelques années plus tard, avant le milieu du XVIIe siècle, il est question d’une « ancienne chapelle presque abandonnée, puisqu’elle n’était fréquentée qu’une fois l’an, le jour où il était d’usage dy dire la messe en l’honneur d’un saint dont le culte était assez vague car on en sçavoit même pas le nom ».

Cette chapelle ne fut finalement baptisée sous le nom de la Victoire qu'à compter de 1643, suite à un prêche public de saint Jean-Eudes, qui fit également restaurer l’édifice et y institua un pèlerinage annuel en l'honneur de la Vierge. Ce pèlerinage fut selon les témoins "très vite fréquenté comme l'étaient les plus grands pèlerinages de Normandie". On y mentionne également des miracles opérées par l’intercession de la Vierge : jeune fille de Néhou possédée  par le diable, résurrection d’un enfant mort né…

coll.-Lecourtour-jpg.jpg

Procession de N.D de la Victoire, vers 1900 (coll. A Lecoutour)

La statue de la Vierge de la Victoire

Cette statue réputée miraculeuse, faisait l'objet du pèlerinage relancé en 1643 par saint Jean-Eudes. Elle fut déposée et cachée à la Révolution par un charpentier du nom de Letourmy et installée ensuite dans l'église d'Alleaume. Une copie de cette statue fut installée dans la chapelle en 1911, puis détruite semble t-il lors des bombardements de 1944. La copie actuelle est une œuvre de Joseph Bataille installée en 1958, lors de la bénédiction de la chapelle restaurée. La Vierge de la Victoire est une œuvre du XVIe siècle, présentant Marie debout et couronnée, portant sur le bras gauche l'Enfant Jésus qui tient une pomme. "On dit qu'elle aurait remplacée une statue en chêne de la Vierge terrassant le dragon et portant l'enfant Jésus tenant les palmes de la Victoire".

coll.jpg

 

L'édifice actuel comportait sur sa charpente une fausse date portée de 1121, créditée par l'abbé Adam de quelque vraisemblance. Selon les critères stylistiques que l’on peut appliquer notamment aux chapiteaux végétaux et aux bases des colonnes du portail occidental, une datation sensiblement postérieure (vers 1140) apparaît cependant plus acceptable. L'observation de l'édifice montre  - en dépit des restaurations menées au XVIIe, XIXe et XXesiècles -  que cet édifice roman vint lui-même prendre appuis sur une construction plus ancienne, datant vraisemblablement du XIe siècle et dont subsiste, au niveau du choeur, des portions d'élévation en "opus spicatum". 

Bien que la chapelle s'inscrive de façon cohérente dans le parcellaire urbanisé de l'agglomération antique d'Alauna, objet de sondages et de fouilles répétées depuis le XVIIe siècle, je n'ai pas connaissance d'éventuelles prospections archéologiques sur le site même de l'édifice ou de son enclos. L'hypothèse de la subsistance, sous la chapelle médiévale, des fondations d'un édifice antique - peut-être celles d’un fanum ? - semble cependant étayée par l’importante quantité de fragments de tegulae et de briques jonchant le sol de l'enclos environnant. Des éléments de soubassements maçonnés en petit appareil régulier, caractéristique des constructions antiques, sont en outre nettement visibles à l'oeil nu aux fondements de la façade occidentale et du bas-côté nord du chœur. A l'oeil nu également, il est possible de lire à la surface du sol non seulement l'emprise au sol des anciens bas-côtés de la chapelle (marquée par une herbe plus jaune), mais aussi la trace d'un bâtiment relié au mur du chevet et se prolongeant vers le sud sur plusieurs mètres.

 

P7080054b.JPG

Maçonneries de petit appareil régulier visibles sous le niveau des fondations de la chapelle romane

Retenons que cet édifice, pourvu jadis de bas-côtés flanquant chacune des trois travées de la nef, se signale par des proportions relativement importantes à l'échelle d'une simple chapelle. Il faut souligner que celle-ci était initialement environnée d’un cimetière : la construction récente (hors de toute surveillance archéologique !) d’un pavillon résidentiel empiétant sur l’enclos qui environnait l’édifice a fait remonter, en même temps que des briques romaines, des ossements humains qui en confirment l’existence. Ces observations témoignent du fait que ce sanctuaire, jadis environné d’une nécropole, possédait des fonctions curiales plus étendues que celles normalement attribuées à de simples chapelles. La mention de l’édifice sous la dénomination d’ecclesia dans un acte de 1222 constitue un argument dans le sens du maintien, jusqu’à une date relativement tardive, d’un statut paroissial.

Victoire-1.jpg

Dessin en élévation de la chapelle de la Victoire (extrait de A. ADAM, 1891)

Si le vocable de la Victoire n’est attesté historiquement que de manière relativement tardive, je crois qu'il ne faut pas minimiser un possible phénomène de réactivation par saint Jean Eudes d'une tradition cultuelle antérieure. Les missionnaires du XVIIe siècle, et des prêtres érudits tel que saint Jean Eudes en particulier, ont à mon sens su inscrire leur démarche dans le renouveau de traditions remontant parfois aux origines du christianisme. Ce phénomène, qui se retrouve à Cherbourg où d'anciens ermitages ont été restaurés durant la même époque, mériterait en tout cas d'être mieux analysé. La dévotion vouée à la Vierge de la Victoire n’est pas par ailleurs sans rappeler la tradition similaire qui se rapportait à la statue miraculeuse de la Vierge de la chapelle Notre-Dame de la Roquelle, à Coutances. L’attestation en 1603 d’une procession se rendant depuis l'église d'Alleaume à la chapelle du Castellet le jour de la Saint-Marc induit que la chapelle abritait aussi un autel voué à ce saint. Bien que tardive, la statue en plâtre de sainte Agnès, conservée dans la chapelle nord, témoigne probablement d’une dévotion ancienne.

(J. Deshayes janvier 2007)

 

LIEN : Dialogues du patrimoine et de la création contemporaine

2007, Chantal Canuet

2008, Anne Sangra

2009, Christophe Rouil

2010, Tony Guilois

2011, Philippe Lefevre

2012, Fred Lutz

2013, Véronique SABLERY et Yves LEDENT

2014, Michel BEZ

2015 : Eric-Georges MICHEL

2016 : Florane BLANCHE

 

 RETOUR

 

(sorry pour la présentation, ce pauvre crétin de serveur "overblog", en plus de nous gaver de pub, n'est pas fichu de proposer de caractères lisibles !!)

Compte-rendu sommaire du suivi archéologique du creusement d’une tranchée de réseau électrique

Julien Deshayes (Pah Clos du Cotentin/Craham), août 2016.

I - Contexte des observations :

Le mardi 23 aout 2016, les employés municipaux de la ville de Valognes ont ouvert une tranchée à l’intérieur de l’enclos de la chapelle de la Victoire afin d’y faire passer un câble destiné à l’électrification de l’édifice. Ayant été prévenu dans la matinée des travaux qui venaient d’être entrepris, j’ai pu me rendre immédiatement sur place, afin d’apporter une surveillance archéologique au chantier en cours. Le creusement de la tranchée ayant déjà été mené sur environ 5 mètre de longueur depuis le poste électrique placé contre le mur oriental de l’enclos de la chapelle, en direction de l’ouest, il était déjà trop tard pour suggérer un autre tracé, moins susceptible d’affecter les vestiges au sol. De fait, plusieurs structures de maçonneries enfouies avaient déjà été repérées ou pressenties antérieurement, d’abord par observation visuelle des vestiges affleurant (J.L. Adam 1891 ; J. Deshayes 2014), puis par le biais de deux campagnes de détection géophysique menées à l’intérieur de l’enclos de la Victoire, respectivement en mars 2015 (J. Spiesser) et en juillet 2016 (J. Thiesson). Les observations consignées à la suite ont été effectuées entre 10h15 et 14h30. La tranchée a été rebouchée en milieu d’après-midi. Laurent Paez (Inrap), aussitôt contacté par téléphone, a pu se déplacer sur le chantier dans l’heure de midi et venir constater la présence des éléments maçonnés décrits à la suite.

---------

II - Résultats :

Deux structures maçonnées enfouies (M01 et M02) ont été dégagées sur le tracé d’une tranchée d’environ 60 cm de large sur 80 cm de profondeur, creusée selon un axe est-ouest, parallèle au mur sud du chœur de la chapelle, qu’elle longe à une distance de 1,30 mètre. Une petite fenêtre ouverte en surface, à moins de 10cm de profondeur et à 6,60 mètre dans l’axe du mur occidental de la chapelle sud du chœur, a par ailleurs permis de repérer un autre segment de mur enfoui dans l’enclos de la Victoire (M03) .

-----------

1) Segment de mur (M01) situé dans l’axe du chevet de la chapelle :

La première structure observée correspond à un segment de mur arasé d’orientation nord-sur situé dans l’axe du mur du chevet de la chapelle, à 1,30 mètre de distance de ce dernier. Ce mur présente une épaisseur de 126 cm.

La profondeur de la tranchée qui atteint environ 80 cm sous le niveau de sol a fait apparaître les deux parements en place, des côtés est et ouest de ce segment de mur. Le parement oriental présente à la base un débord marquant l’assise d’un socle de fondation situé à 68 cm sous le niveau de sol en place. Il compte encore 5 à 6 assises en élévation, rendues difficilement dissociables car en grande partie recouvertes d’un enduit de coloration rouge .

Le parement occidental présente 5 assises maçonnées mieux lisibles, formées d’un petit appareil régulier d’un module compris entre 16 et 10 cm de côté, liés par des joints épais d’environ 1,5 à 2,8 cm. Ce second parement a été dégagé sur 38 cm de largeur et 78 cm de profondeur, sans que l’on ait pu repérer l’indice d’un niveau de sol ou de fondation en place.

A la différence du parement précédent, celui-ci ne présente aucune trace d’enduit. Etant orienté selon le même axe et dans le prolongement immédiat du mur du chevet de la chapelle, ce segment de mur présente cependant une épaisseur nettement supérieure aux murs de l’édifice conservé en élévation (env. 76 cm).

La coïncidence d’orientation entre la structure maçonnée enfouie M01 et le mur du chevet de la chapelle semble confirmer que ce dernier est venu prendre appui sur les vestiges d’une construction antérieure, mais en marquant un assez net retrait d’épaisseur par rapport aux maçonneries qui lui servent d’assise.

-------------------

2) Parement de mur (M02) sous-jacent au mur sud de la chapelle sud du chœur :

La seconde structure maçonnée rencontrée sur le tracé de la tranchée se situait au point de raccord de cette dernière avec l’extrémité occidentale du mur sud de la chapelle sud du chœur. Il s’agit d’un parement de mur immédiatement sous-jacent au mur gouttereau de la chapelle, auquel il a servi de fondation.

Marquant en épaisseur un débord de 13 cm par rapport aux élévations qu’il supporte, ce parement est constitué comme le précédent d’un petit appareil régulier à joints épais. Six assises sont conservées sur une hauteur de 79 cm, qui prennent appuis sur un socle de fondation repéré en fond de tranchée. La première assise inférieure, d’une hauteur de 18 cm est supérieure aux autres assises qu’elle supporte, comprises elles entre 10 et 13 cm, avec des joints d’une épaisseur de 2 à 3 cm d’épaisseur. Rendu visible sur un dégagement horizontal de 88 cm, ce parement de maçonnerie est en place sur 54 cm, et montre ensuite, côté ouest, une rupture qui correspond à l’amorce d’un retour d’angle formé par un second mur perpendiculaire (M03), orienté plein sud, qui s’est trouvé partiellement arraché.

-----------------

3) Segment de mur (M03) situé dans l’axe de la façade occidentale de la chapelle sud du chœur :

Une petite ouverture sous le couvert végétal pratiquée à 6,60 mètres dans l’axe de la façade occidentale de la chapelle sud du chœur a permis de retrouver un segment de mur (M03) perpendiculaire au parement précédent (M02), dans l’axe du retour d’angle venant s’y raccorder. Immédiatement affleurant sous le couvert végétal, celui-ci présente une épaisseur de 124 cm, mais il n’a pas été dégagé en profondeur.

--------------------------

4) Stratigraphie :

La stratigraphie visible en coupe à l’intérieur de la tranchée, au contact des structures maçonnées M01 et M02 présentait, sous 18/20cm de terreau du couvert végétal, une première épaisseur de remblais de démolition chargée en fragments de tegulae, de briques, de pierre et de mortier, se développant sur 48/52 cm de profondeur, puis se superposant à un niveau inférieur d’occupation riche en déchets alimentaires (coquilles d’huitre principalement, mêlées de charbons). Aucun fragment de poterie domestique n’a été rencontré dans ces remblais. A noter également que la tranchée n’a pas livré non plus d’indices de sépultures, ceci en dépit de la mention faite au XIXe siècle de la découverte d’un sarcophage et des traces d’inhumation qui avaient été relevés à l’ouest de la façade occidentale de l’édifice.

--------------------------------

5) Mode de construction et datation relative :

Le mode de construction en petit appareil régulier de pierre calcaire, prenant appui sur un socle de fondation formant débord, l’épaisseur relative de la maçonnerie, la nature du mortier et de l’enduit rouge de recouvrement de l’un des parements observés permettent d’attribuer ces éléments d’architecture à la période antique. Ce mode de construction est en particulier similaire à celui employé pour la construction des thermes et du théâtre.

--------------------------------------------

6) Remarques générales sur les structures enfouies :

Les données recueillies sont globalement conformes aux résultats d’interprétation de l’étude géophysique menée en 2014 par J. Spiesser. Elles confirment aussi bien la présence du mur orienté nord-sud, situé dans l’axe du chevet, qui était déjà détectable à l’œil nu sous le couvert végétal, que la présence du second mur qui lui est parallèle (M03) à 7, 70 mètres vers l’ouest. Ces données permettent dans le même temps de mieux préciser les dimensions, la datation et la nature des maçonneries concernées. En sens inverse, le fait d’avoir pu vérifier l’existence d’éléments détectés par la géophysique crédibilise l’interprétation de ces données, en particulier lorsque celles-ci font ressortir d’autres indices de maçonneries partiellement reprises en fondation de l’édifice médiéval. Il en ressort que, par l’ampleur de son plan, l’épaisseur de ses murs et la qualité de leur mise en œuvre, l’édifice antique situé sous l’enclos de la Victoire constituait de toute évidence un bâtiment monumental. Sa position sur le sommet d’un relief, en limite de l’agglomération antique et dans l’axe supposé de l’ancien forum, lui conférait sans doute une position particulièrement significative au sein de la cité. Si les données rassemblées sont encore insuffisantes pour en préciser la fonction, l’option d’un grand édifice public, contribuant à la parure monumentale de la cité, semble devoir être privilégiée.

---------------------------

7) Articulation avec le sanctuaire médiéval :

L’existence de maçonneries antiques servant d’assise au sanctuaire médiéval, déjà partiellement constatée par l’étude du bâti en élévation et par la détection géophysique, se trouve donc nettement confirmée par les données archéologiques recueillies à l’occasion du creusement de cette tranchée électrique. La reprise en fondation des murs antiques apparaît désormais aussi bien avérée pour le chevet et la façade occidentale de l’édifice, qu’au niveau des murs gouttereaux nord et sud du chœur, qui se prolongeaient jadis par ceux des bas-côtés de la nef. L’existence d’une partition transversale nord-sud courant sous la chapelle au niveau de la séparation entre chœur et nef semble également vérifiée. Ces différents constats démontrent que le plan du sanctuaire médiéval s’est trouvé largement déterminé par l’existence des vestiges antiques. La présence d’un enduit au ciment couvrant, entièrement refait en 1914, empêche malheureusement d’observer les parements intérieurs de l’édifice. L’épaisseur anormale des murs formant séparation entre le chœur et ses deux chapelles latérales (M04 et M05), ainsi que les diverses anomalies repérables dans l’élévation de ces massifs de maçonnerie, suggèrent que les partitions internes du chœur pourraient également avoir pris appui sur des structures antiques, voir même les avoir intégrées alors qu’elles étaient encore partiellement conservées en élévation. Une petite fenêtre de 60 cm de côté ouverte en parement du mur de la chapelle sud du chœur a permis en 2016 d’en lire seulement quelques assises. Celles-ci sont formées de petits moellons irréguliers, disposés en oblique et noyés dans une forte épaisseur de mortier, selon une technique qui évoque un appareil en opus spicatum. Un fragment de terre-cuite architecturale y figure en position de remploi. Ce détail d’élévation apparaît bien distinct dans sa mise en œuvre des structures antiques observées en sous-œuvre. Il est davantage similaire en revanche aux portions résiduelles d’élévation en opus spicatum que l’on peut aussi discerner, malgré leur rejointoiement, sur le mur du chevet de la chapelle, et qui viennent se raccorder directement à l’élévation concernée. Comme nous l’avions indiqué dans une notice antérieure, ces portions d’élévation en opus spicatum se distinguent également des maçonneries appartenant à la phase romane de construction, et constituent visiblement les vestiges d’un sanctuaire médiéval antérieur. Selon l’état actuel des recherches, la récupération des vestiges antiques du Clos de la Victoire et leur intégration dans un sanctuaire chrétien se serait donc opérée en au moins deux phases principales d’intervention. Dans la première phase identifiée il s’agissait d’un édifice à nef unique et chœur à chevet plat bâti au moins partiellement en opus spicatum. Sa datation, bien que comprise vraisemblablement entre la fin du Xe et le dernier tiers du XIe siècle, reste à préciser. Ce sanctuaire « pré-roman » s’est trouvé augmenté et largement remanié dans le second quart du XIIe siècle, lorsque furent adjoint des bas-côtés de part et d’autre du chœur et de la nef. Dans chacune de ces deux étapes, il apparaît donc que l’on vint prendre appui sur des vestiges antiques, qui étaient probablement encore apparents en élévation. La présence de nombreux blocs antiques en remploi (blocs calcaire avec trous de louve, petits blocs cubiques, terres-cuites architecturales…), repérables dans les maçonneries de l’édifice médiéval confirme la récupération massive de vestiges architecturaux antiques au cours de ces deux phases de construction.

-------------------

III - Orientations et pistes de recherche :

L’état de conservation des maçonneries enfouies dans l’enclos de la chapelle incite à espérer la conduite d’une fouille plus étendue sur l’ensemble du site de la Victoire, qui permette d’appréhender le plan global et la fonction initiale de l’édifice auquel elles semblent appartenir. L’intérêt du site de la Victoire réside aussi dans la capacité d’étudier la récupération de ces vestiges architecturaux antiques en contexte chrétien. Dans l’état actuel de la recherche, le phasage relatif de la construction médiévale permet de discerner une phase d’implantation antérieure à la structure romane, elle-même restaurée aux XVe, XVIIe et XXe siècles, mais il conviendrait là aussi d’en vérifier l’emprise et d’en préciser la datation. A cet effet, une campagne de dégagement des enduits ciments du XXe siècle qui recouvrent les élévations intérieures de l’édifice offrirait probablement d’importants éléments d’analyse.

-------------------------

IV - Bibliographie :

~~Abbé ADAM, Notre-Dame de la Victoire, notice historique, Valognes, 1891. Jean CANU, « La chapelle Notre-Dame de la Victoire », L’Ami de tous (doyenné de Valognes), mai 1979, p. 3-4. Julien DESHAYES, « Au seuil du Moyen-âge, la chapelle de la Victoire à Alleaume », Vikland, n°12, printemps 2015, p. 34-36. Julien SPIESSER, Résultats des prospections géophysiques réalisées autour de la chapelle de la Victoire à Valognes, 2014. Laurence JEANNE, Caroline DUCLOS et Laurent PAEZ-REZENDE, L’Agglomération antique d’Alleaume, prospection thématique, décembre 2012, document final de synthèse, 3 volumes, 2013. Laurence JEANNE, Caroline DUCLOS et Laurent PAEZ-REZENDE, La Victoire, sondages programmés 1ère année, Rapport 2013, 2013. Laurence JEANNE, Caroline DUCLOS et Laurent PAEZ-REZENDE, La Victoire/ Le Castellet, sondages programmés 2ème année, Rapport 2014, 2014. Laurence JEANNE, Caroline DUCLOS et Laurent PAEZ-REZENDE, La Victoire/ Le Castellet, sondages programmés 3ème année, Rapport 2015, 2015.

Plan de synthèse des structures observées

Plan de synthèse des structures observées

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 10:43

      PAH

 

Historique

Le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin est un syndicat intercommunal rassemblant les communes de Bricquebec, Saint-Sauveur-le-Vicomte et Valognes. Sa création résulte de l'élargissement du label de Ville d'art et d'histoire obtenu par la ville de Valognes en 1992. Le Syndicat intercommunal de Bricquebec, Saint-Sauveur-le-Vicomte et Valognes « Clos du Cotentin » a été créé en 1998 et le label "Pays d'art et d'histoire" a été obtenu en janvier 2001. La présidence du Syndicat intercommunal est assurée par le maire de l'une des communes membres. Cette présidence change chaque année. Le bureau décisionnel intègre également les adjoints chargés de la culture et du tourisme et un représentant de l'Etat, délégué au suivi de la politique régionale des Villes et Pays d'art et d'histoire.

Pays d 'Art et d 'histoire du Clos du Cotentin

Les représentants du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin en réunion, le 27 janvier 2010

 

Le label des Villes et Pays d'art et d'histoire

Le ministère de la Culture et de la Communication assure depuis 1985 la mise en œuvre d'une politique d'animation et de valorisation du patrimoine en partenariat avec les collectivités territoriales qui se concrétise par l'attribution du label "Villes et Pays d'art et d'histoire". Cet engagement est fixé par une convention élaborée avec la direction du patrimoine, la direction régionale des affaires culturelles et les collectivités concernées. Cette convention implique un soutien financier et technique de la part du ministère. Elle comporte l'obligation, pour les collectivités, de recourir à un personnel qualifié et agréé. 

Cette politique concerne désormais 153 villes et Pays d'art et d'histoire à travers la France. L'attribution du label repose sur l'existence d'atouts patrimoniaux mais surtout sur un engagement des élus en faveur du patrimoine et de sa valorisation auprès des populations locales et des visiteurs extérieurs.

 

Fonctionnement

Le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin est constitué par une équipe d'animation comprenant un animateur de l'architecture du patrimoine et une secrétaire à plein temps, ainsi que dix guides conférenciers agréés, travaillant à la vacation. Les locaux du Pays d'art et d'histoire se situent à Valognes, dans une ancienne parcheminerie du XVIe siècle récemment rénovée.

 

 Actions

1 - L'offre culturelle et la sensibilisation de la population locale par des actions portant sur la découverte du patrimoine

 Le Pays d'art et d'histoire propose, tout au long de l'année, des cycles de visites guidées, des excursions et de conférences destinées à sensibiliser le public local aux richesses culturelles offertes par l'histoire et le patrimoine du territoire (les "Dimanches du patrimoine", le cycle " A l'Ombre des Clochers, un cycle annuel de Conférences d'histoire de l'art, les Journées du Patrimoine, ainsi que des expositions...). Il propose ainsi une offre culturelle et participe à la qualité de vie en milieu rural, en exploitant au mieux les ressources locales, qu'il s'agisse des églises, des édifices privés ou encore du petit patrimoine, des paysages, des savoirs faire…

2)  - Des services éducatifs pour les jeunes publics

L'effort de sensibilisation au patrimoine mené par le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin repose également sur une politique d'offre très développée en direction des jeunes publics, que ce soit dans un cadre scolaire ou sur le temps des loisirs.L'accueil des scolaires, qui se fait à un tarif préférentiel pour toutes les classes demandeuses, est totalement gratuit pour les élèves scolarisés sur le territoire du Pays d'art et d'histoire.

De nouveaux outils pédagogiques sont développés chaque année pour répondre toujours mieux aux attentes et aux exigences des jeunes publics (ateliers, livrets pédagogiques et maquettes).

 

3 - L'accueil des touristes et la promotion touristique du patrimoine local

Le Pays d'art et d'histoire contribue à l'attrait touristique du territoire en développant des actions de valorisation du patrimoine destinées aux publics extérieurs, aussi bien par le biais de visites pour individuels en période estivale (les "Visites estivales"), de visites pour groupes (les "visites à la carte"), par la diffusion de brochures d'accueil et des actions promotionnelles (participation à certains salons, publications dans des revues nationales ou accueil et diffusion auprès des médias…).

 

4) - Des partenariats culturels en faveur du patrimoine

Le Pays d'art et d'histoire travaille en étroite collaboration avec les acteurs culturels ou touristiques agissant sur le territoire, qu'il s'agisse des offices de tourisme, des services culturels des communes, des musées, ou encore des associations locales. Il a su aussi, au fil des quelques années écoulées, instaurer un dialogue et des échanges avec l'Université de Caen, les archives départementales de la Manche, les services de la Direction régionale des affaires culturelles, le Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin...

 

5) Un soutien aux élus et aux particuliers dans leurs démarches de conservation et de valorisation du patrimoine.

Par les compétences de son personnel qualifié et sa connaissance du terrain local, le Pays d'art et d'histoire est en mesure d'apporter un soutien actif aux collectivités et aux particuliers dans leurs démarches de conservation et de valorisation du patrimoine. L'animateur du patrimoine est notamment membre de la Commission régionale de protection des monuments et des sites, membre de la commission d'attribution des labels de la Fondation du patrimoine et travaille également en étroite relation avec l'architecte des bâtiments de France et la Conservation des Antiquités et Objets d'art de la Manche.

 

 P1000937

 

Le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin en quelques chiffres

 En 2011, 236 visites, ateliers, excursions ou conférences ont été proposés et 9 166 personnes ont été reçues dans le cadre de ces animations

- 229 groupes ont été accueillis dans le cadre des "visites à la carte"

- 31 chasses au trésor et 85 visites ou ateliers pédagogiques ont été proposés aux scolaires ou centres de loisir

- 26 interventions radiophoniques ont été proposées et nos animations ont fait l'objet d'une centaine d'articles de presse.

- 8 expositions ont été présentées au public.

- 1 spectacle nocturne, 3 concerts et 6 visites théâtralisées ont eut lieu

- 23 conférences ont été données

(…)

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • : Ce site présente les actualités proposées par l'équipe du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin. Il contient également des dossiers documentaires consacrés au patrimoine et à l'histoire de Valognes, Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • Contact