Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:01
VISITES GUIDEES EN COTENTIN

La compétence de professionnels du patrimoine

Le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin propose un riche programme de visites guidées et d'excursions à la journée ou à la demi-journée, pour découvrir les richesses du patrimoine et les grands événements de l'histoire mais aussi les talents et savoir faire des producteurs et des artisans locaux.

Labellisé depuis plus de dix ans par le ministère de la Culture, le pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin regroupe dix guides conférenciers agréés et un animateur du patrimoine actifs tout au long de l'année, réactifs pour répondre à vos désirs de découverte, de connaissance et de rencontre.

Des visites sur mesure

Ces visites, accompagnées par des guides conférenciers agrées, développent des regards et des thématiques diversifiées. Elles peuvent être choisies parmi nos suggestions ou être élaborées selon les projets de chacun : groupes, individuels, réceptionnistes, professionnels du tourisme. Dans chaque cas nous nous mettrons à votre disposition pour bien comprendre vos attentes et partager ainsi notre connaissance approfondie du territoire et nos réseaux de compétences.

Pour exemples de sorties à la journée ou à la demi-journée, voici quelques unes des thématiques de circuits proposées sur simple réservation :

- Le Cotentin des Vikings : parcours des sites emblématiques de la présence scandinave qui a forgé, plus que partout ailleurs en Normandie, l'identité culturelle de la presqu'île du Cotentin.

- La légende dorée du Clos du Cotentin : Légendes populaires, fontaines guérisseuses, pierres sacrées ou statues miraculeuse, souvent oubliées du profane, jalonnent les chemins encaissés du Clos du Cotentin.

- Trésors du Cotentin médiéval : Châteaux-forts, bourgs médiévaux, chapelles, églises, abbayes ou manoirs, le Cotentin, jadis porte de l'Angleterre, fourmille de trésors insoupçonnés.

- Châteaux et fortifications de la guerre de Cent ans en Clos du Cotentin

- Manoirs et merveilles de la Renaissance

- Noblesse Valognaise et merveilles du Grand siècle

- Au Pays des Diaboliques et de l'Ensorcelée : Promenade littéraire avec Jules Barbey d'Aurevilly

- Au pays de la pomme et du cidre

- (...)

En option, les apéros-cidre ou des goûters normands peuvent être intégrés à ces circuits, sur simple demande.

Contact :

- par téléphone au 02 33 95 01 26 (en semaine), demander Réjane.

- ou par courriel : pah.clos.cotentin@wanadoo.fr

Tarifs : forfaits pour groupes, jusqu'à 50 personnes maximum, pour interventions de 1h30 à 2 heures (85 euros), circuits à la journée (360 euros) ou à la demi-journée (180 euros).

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 18:56
La Cour à Rauville-la-Place

Le Manoir de la Cour se situe dans la partie septentrionale de la commune de Rauville-la-Place (50), non loin de l’actuelle route de Saint-Sauveur-le-Vicomte à Valognes, auprès du hameau Saint-Clair, de sa fontaine et de sa chapelle guérisseuse.

Siège de la principale seigneurie de Rauville, ce fief appartenait primitivement aux barons de Néhou. Au XIIIe siècle, la propriété passe de la famille des Reviers-Vernon à la famille de Clamorgan puis aux du Fou (Jeanne du Fou fut la mère de Gilles de Gouberville). Par mariage, elle entre au début du XVIIe siècle en possession de la famille du Hecquet, à qui elle appartiendra jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Le logis manorial est formé de deux ailes perpendiculaires faisant face, côté nord, a une cour agricole avec pressoirs, étables, remises, fenil, charreterie et vestiges d’un ancien porche. La façade nord du logis conserve des éléments datant de la seconde moitié du XVe siècle. Elle comporte en particulier des ouvertures à larges chanfreins et un escalier en vis assez archaïque, logé dans une tour rectangulaire, située à la jonction de deux ailes perpendiculaires. Il subsiste également, côté sud, un vestige de l’ancien portail d’entrée, doté d’un beau décor végétal et d’une inscription en caractères gothiques.

L’ensemble du logis a été largement reconstruit dans la première moitié du XVIIe siècle, sans doute par Raoul du Hecquet, propriétaire du fief à partir de 1605. Le plafond de l’ancienne grande salle du rez-de-chaussée fut alors abaissé, pour aménager au premier un étage noble de plus vaste ampleur. Dans le même temps un escalier droit rampe-sur-rampe a été intégré à l’intérieur du bâtiment et l’ensemble de la façade sud a été remaniée pour devenir la façade principale de l’édifice. L’inversion de l’orientation de la façade principale a permis à la Cour de Rauville de se détourner des communs agricoles, pour privilégier la vue sur les jardins, qui se trouvaient antérieurement sur l’arrière du logis. Cette façade sud, percée de baies surmontées de frontons triangulaires en calcaire d’Yvetot-Bocage, offre une belle ordonnance, caractéristique des édifices civils de cette période dans le Cotentin.

La chapelle, petit édifice indépendant situé près de la pièce d’eau, a été bénie en 1675.

Sur la cheminée de la nouvelle salle haute du XVIIe siècle a été peint un paysage représentant la rivière d’Ouve et les ruines du château de Néhou. La présence de cette représentation semble pouvoir se justifier par des circonstances historiques précises. La famille du Hecquet s’esten effet trouvée, dans le premier tiers du XVIIe siècle, en conflit avec une autre famille noble de Rauville pour le droit de patronage de l’église paroissiale. Parmi les arguments invoqués pour la défense de leurs intérêts, les du Hecquet insistèrent tout particulièrement sur le fait qu’ils se considéraient comme les successeurs et représentants légitimes du patron fondateur de l’église, Richard de Reviers (+ 1107), et sur les liens de dépendance vassalique qui unissaient la Cour de Rauville à l’ancienne baronnie de Néhou.

La Cour de Rauville appartient aujourd’hui à madame Tardif, à qui l’édifice doit une soigneuse restauration, ayant permis l’aménagement de plusieurs chambres d’hôtes.

(Julien Deshayes, Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin, 2013).

Orientations bibliographiques : Hervé du HECQUET de RAUVILLE, La Maison du Hecquet et les seigneuries de Hautteville et de Rauville, Paris, 1915 ; Remy VILLAND, « Rauville-la-Place. Notes pour servir à l’histoire d’une commune du canton de Saint-Sauveur-le-Vicomte », dans : Publications multigraphiées de la Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, fasc. 36, 1979, p.8-11.

Façade nord, détail de la tour d'escalier médiévale

Façade nord, détail de la tour d'escalier médiévale

Peinture de la cheminée de la salle haute, détail, le château de Néhou (aujourd'hui disparu)

Peinture de la cheminée de la salle haute, détail, le château de Néhou (aujourd'hui disparu)

Détail de l'ancien portail charretier, avec inscription et date portée non déchiffrées par l'auteur de ces lignes

Détail de l'ancien portail charretier, avec inscription et date portée non déchiffrées par l'auteur de ces lignes

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 15:14
Le château de Sainte-Colombe, Cotentin

I - Données historiques

Une terre, dite "tenemento Michaelis Pigois cum quadra pisceria" fit en 1229 l'objet d'une donation de Richard de Reviers au profit de l'abbaye de Montebourg. Lors du partage de la baronnie de Néhou, en 1283, l’un des lots comportait une rente à percevoir sur le moulin du seigneur de Sainte-Colombe, alors dénommé Jean de Saussey : "si aura sur le moulin messire Jehan de Sausey à sainte collombe douze cartiers de fourment".

En 1327, Jean du Saussay, seigneur de Golleville, déclarait tenir de l'abbaye de Montebourg la "terre Pigouys", située à Sainte-Colombe, dont dépendait une pêcherie. Il s'agit très manifestement du même domaine, qui semble t-il, prendra durablement ensuite le titre de "fief du Saussay", du nom de cette famille de propriétaires.

En 1416, Guillaume des Moulins obtenait un répit pour l'aveu du fief du Saussay situé à Sainte-Colombe, dont il avait hérité de son grand-père. Guillaume des Moulins n'ayant pas fait hommage au roi d'Angleterre lors de l'occupation militaire de la Normandie, le fief est remis en 1418 à Raoul Néville par Henry V (Sevestre, p.33 et p. 39). Le "fief du Sauchoy, appartenant à noble homme monsieur Raoul Neville, chevalier, seigneur d'Amondeville" est à nouveau cité dans un aveu rendu en 1440.

Le domaine revint ensuite à Guillaume des Moulins, qui était peut-être le fils et homonyme du précédent propriétaire. Dans un aveu rendu en 1456, il est signalé que "noble homme messire Guillaume des Moulins, chevalier, (...) tient le fief terre et seigneurie du Saussay, dont le chief est assis en la paroisse de Sainte-Colombe, et il y a manoir, demaines, moulin, pesquerie, coulombier, jardin, près, bois, et se reliefve par ung sixte de fief de haubert". Le dénommé Guillaume des Moulins, chevalier, seigneur de Sainte-Colombe, figure encore en 1463 dans la recherche de Montfaut. En 1473, Raoul des Moulins, son héritier, rendait aveu pour son fief du Saussey.

Par un biais qui n'est pas élucidé, la seigneurie entre ensuite en possession de la famille de la Vigne. En 1567, Jacques de la Vigne, seigneur du Saussay, passait ainsi transaction avec les habitants de Sainte-Colombe concernant l'exploitation des marais communaux. Il figure dans l'enquête de noblesse de 1576, comme "sieur du lieu (de Ste-Colombe), extrait d'ancienne et noble famille".

Un document de 1608 précise que le manoir du Saussey était encore "assis à motte" et possédait toujours un moulin et une pêcherie à anguilles. Cet aveu précise aussi que le titulaire de ce fief devait "un sergent armé au chasteau de Néhou par six jours en temps de guerre".

En 1663, les moines de Montebourg faisaient adjudication de leurs seigneuries de Golleville et de Sainte-Colombe au profit de Jacques de la Vigne, sieur du Saulcey. La famille de la Vigne renforçait ainsi son implantation sur la paroisse, mais, par une voie non identifiée (achat ?), leur domaine passe ensuite à la famille de Vamembras.

En 1698, Etienne de Vallembras (sic pour Vamembras), écuyer, seigneur de Segrie, rendait aveu pour le fief de Sainte-Colombe, "tel qu'anciennement mes prédécesseurs l'ont acquis de Messieurs les abbés et religieux de Montebourg". Le domaine consistait alors en "10 perches de terre où il y avait autrefois un manoir, colombier, moulin et autres édifices de présent en ruine". Il signalait également l'exercice d'un droit de moute sur les resséants du fief, la possession d'une garenne et d'un "droit de chasse à cors et à cry et tendre filets aux forests du roy". L'ensemble du domaine, d'une consistance de neuf acres est signalé fieffé, n'existant alors "point de domaine non fieffé". L'avouant signale enfin être "jouissant présentement du dit fief en vertu d'un contrat qui en a esté cy-devant fait à ses prédécesseurs (…) par contrat du 26 mars 1575".

La famille de Vamembras conserve la seigneurie de Sainte-Colombe jusqu'au décès d'Etienne, en 1720. Elle passe ensuite par héritage en possession de Joseph de Preaulx, cousin d'Etienne de Vamembras, qui la revendra dix ans plus tard. Les armoiries de la famille de Vamembras (d'azur au chevron de gueules accompagné de trois feuilles de chêne de Sinople) figurent à l'intérieur de l'église paroissiale.

Le 15 juin 1730, la seigneurie de Sainte-Colombe est acquise par Jeanne Foubert, veuve de Bernardin le Courtois, pour la somme de 43 000 livres. La famille Le Courtois conserve ensuite la propriété jusqu'à la fin du XIXe siècle (cf. pour cette période l'étude de Remy VILLAND, "inventaire du chartrier du château de Sainte-Colombe", Archives de la Manche).

Un acte du chartrier fait état des réparations entreprises en 1788 par l'architecte Hédouin Grandmaison sur le château (S. Javel, I, p. 132).

II - Aperçu architectural sommaire.

Le château est édifié en bordure de la rivière d’Ouve, à la lisière de la dépression marécageuse séparant les paroisses de Sainte-Colombe et de Néhou. Du château, il était jadis possible de voir la forteresse de Néhou, située à moins d'un kilomètre, remplacée depuis 1904 par une minoterie. Outre le château et la ferme en dépendance, le domaine actuel compte un vaste jardin potager fermé de murs en pierre et en terre, avec portail du XVIIIe siècle et petite orangerie. Subsiste également un petit bois jouxtant le potager au sud, et un édicule, anciennement à usage de buanderie, au nord.

a) Eléments Renaissance

Le château, ne comporte que deux niveaux d'habitation. Il se développe tout en longueur sur près de dix travées, augmentées à l'est d'un haut pavillon formé de trois étages portant sur un niveau de cave. L'observation du bâtiment permet de distinguer deux phases principales de constructions, venues modifier les dispositions d'un édifice médiéval antérieur. La première de ces deux phases d'aménagement se distingue uniquement en façade nord, où subsiste un alignement de très élégantes fenêtres Renaissance, éclairant l'étage résidentiel. Certains de ces percements paraissent avoir été partiellement refaits ou modifiés, mais le détail de leur ornementation, avec encadrement à fasces, consoles végétales et fronton triangulaires, tables échancrées, dénote une réalisation originale de très belle qualité. Des comparaisons de détail peuvent notamment être établies avec le château de Tourlaville ou le manoir de Graffard. La porte principale, desservie par un escalier extérieur en fer à cheval, est encadrée de pilastres à chapiteaux ioniques supportant un linteau orné de motifs géométriques et un fronton triangulaire. Cette architecture Renaissance exploite un principe d'élévation "en galerie", avec rez-de-chaussée à usage de service, et étage noble formé d'une série de pièces en enfilade. L'escalier droit intérieur, reporté en position latérale, et la cheminée de la cuisine, située en rez-de-chaussée, appartiennent à la même période de construction, qu’il convient manifestement d’attribuer à Jacques de la Vigne, signalé en tant que propriétaire du fief en 1567 et 1576.

b) Reprises du XVIIIe siècle

Les modifications du XVIIIe siècle ont principalement concerné la façade sud, orientée vers les marais. Les baies datant de cette période présentent un simple encadrement rectangulaire. Les ouvertures éclairant le rez-de-chaussée sont de petites fenêtres à linteau en arc surbaissé. L'ensemble de la distribution intérieure a été modifié, par insertion d'un couloir de circulation longitudinal. Cet aménagement nouveau a également occasionné l'insertion de structures de soutènement et de murs de partition au rez-de-chaussée. La plupart des cheminées des pièces d'habitations a été refaite à la même période. L'escalier en fer à cheval de la façade nord constitue probablement une adjonction contemporaine, et possède son symétrique sur la façade postérieure.

Les sources écrites permettent de déterminer que cette reprise est postérieure à la ruine du château, signalée dans l'aveu rendu par Etienne de Vamembras en 1698. L'indication de travaux engagés en 1788 sous la direction de l'architecte Hédouin Grandmaison fourni une indication potentielle - mais qui reste à être exploitée plus attentivement - concernant cette même phase d'aménagements.

c) Le pavillon latéral

Les modifications entreprises au XVIIIe siècle ont également affecté l'élévation de la structure en pavillon prolongeant l'édifice à l'est. Si l'ensemble des percements et la distribution de ce pavillon sont aujourd'hui le fruit de cette phase de travaux, il est manifeste cependant qu'existait déjà auparavant un bâtiment occupant le même emplacement et présentant une hauteur et un plan pratiquement identiques. Il en subsiste principalement la cave voûtée, éclairée par deux petits éguets largement chanfreinés, mais aussi l'un des conduite de cheminée, légèrement saillant, et la trace d'un bandeau horizontal délimitant les deux niveaux supérieurs. La liaison entre cette "tour" et le corps de logis principal est attestée par la subsistance d'anciens larmiers de toiture engagés dans les maçonneries. La porte du rez-de-chaussée, établie en communication avec les parties basses de l'aile principale est également en place. Sous réserve d'une analyse plus approfondie, ces divers éléments semblent attribuables à une date relativement haute, pouvant remonter à la première moitié du XVe siècle.

III - Conclusion provisoire

Le château de Sainte-Colombe a surtout retenu mon attention en raison de la qualité de son élévation d'époque Renaissance, qu'il convient d'intégrer au nombre des plus remarquables réalisations "italianisantes" de la presqu'île du Cotentin. L'adoption d'une élévation essentiellement horizontale, avec étage noble formé d'une succession de pièces en enfilade reposant sur un rez-de-chaussée à usage de service, est également indicatrice de la modernité de cet édifice dans le contexte de son époque. Datable du dernier quart du XVIe siècle, il constitue un jalon important, et à ma connaissance trop méconnu, pour l'étude de notre architecture régionale à l'époque de la Renaissance. L'approche historique concernant la personnalité de son commanditaire présumé, Jacques de la Vigne, mériterait à ce titre d'être développée.

L'archéologie - malheureusement bien délicate - du pavillon latéral me semble également digne de retenir l'attention. Il se pourrait en effet que le bâti "turriforme" ayant servi de base à l'aménagement du grand pavillon XVIIIe constitue le vestige d'une maison forte d'époque médiévale. Seule une analyse approfondie permettrait de mieux évaluer cette hypothèse.

Les aménagements apportées au château de Sainte-Colombe au XVIIIe siècle ont enfin l'intérêt d'être bien représentatifs des tendances architecturales de cette période : l'ouverture de la façade sud, en direction des jardins et des marais, traduit notamment le souci de jouir plus complètement de la beauté de l'environnement paysager. L'aménagement d'un couloir de distribution, venu doubler l'édifice en profondeur, constitue une adaptation aux nouvelles exigences de confort et de distinction des fonctions résidentielles.

Ces différents critères, associés à la qualité remarquable du site, contribuent indéniablement à la qualité de ce remarquable édifice. Le soin apporté par la famille Mauger à sa restauration puis à son entretien, aura permis d'en assurer la sauvegarde et doit, à ce titre, être amplement salué.

Julien Deshayes, 2004

(Une partie de cette étude précédemment inédite, a été reproduite - sans citation de source ni autorisation - par M. Jacques Lechevallier dans un ouvrage paru en 2010, consacré au canton de Saint-Sauveur-le-Vicomte)

Façade sud, d'après une carte postale ancienne.

Façade sud, d'après une carte postale ancienne.

Façade nord, détail de porte Renaissance

Façade nord, détail de porte Renaissance

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 16:56

En accord avec les propriétaires concernés et en partenariat avec la ville, le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin a entrepris, en 2012, l'installation d'une signalétique patrimoniale destinée à rendre plus accessible aux promeneurs le riche patrimoine des hôtels particuliers et autres monuments valognais.

P1000022

Plutôt qu'une signalétique historique et descriptive, notre choix s'est porté sur la réalisation de plaques de petites dimensions (18 x 24,5 cm), indiquant simplement leur nom et leur période de construction. L'idée est ainsi d'attirer l'attention sur ce riche patrimoine et de susciter la curiosité, sans intervenir trop visiblement dans un environnement urbain déjà saturé de signes et d'images. Le choix de plaques simples, relativement discrètes tout en restant immédiatement visibles, préserve ainsi notre patrimoine architectural de ce qui pourrait apparaître, sinon, comme une intrusion trop brutale.

Composition1-copie-1.jpg

Les dix premières plaques ont été aposées en janvier 2013 (hôtels de Carmesnil, d'Anneville-du-Vast, Dorléans, du Poerier de Portbail...), et une nouvelle commande est lancée pour une quinzaine de nouvelles plaques, actuellement en cours de réalisation.

Leur installation, effectuée grace à l'aide des services techniques de la ville, se fait en concertation avec les propriétaires concernés et avec l'aval de l'architecte départemental des batiments de France.

La conception et la réalisation des plaques a été confiée à une artisan potier établi à la Glacerie (Hameau ès Bruns), connue sous son nom d'artiste  XASO. Après une phase d'expérimentation, celle-ci est parvenue a développer une technique de lettrage et de cuisson adaptée à cette commande bien particulière.

Financée intégralement par le Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin, cette démarche de valorisation du patrimoine valognais est soutenue par le Ministère de la Culture et le Conseil régional de Basse-Normandie.

RETOUR

 

 


Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 13:45

La maison située au n°64 de la rue de Poterie appartenait en 1778 à M. Pierre-Jean-François Bellot, sieur de Champeaux, ancien capitaine au régiment de Beauvais, qui avait épousé la même année Anne-Françoise Michel. Elle fut ensuite transmise à leur nièce, qui y résida jusqu’à sa mort, survenue le 4 mars 1827. Son héritier, Louis Constantin de Gouberville (1773-1848) récupère ensuite la propriété mais ne semble pas  avoir y résidé. A sa mort, la maison revient à sa fille, Caroline-Louis-Pauline de Gouberville, qui épousa François Gaspard Alfred de Libran (1805-1879), sous-préfet de Valognes. Le 20 juin 1857, ce dernier vend son bien à Delphine-Florence Le Trésor-de-la-Roque, qui le transmit ensuite à Charles-Claude le Trésor (informations communiquées par Mme Lemière).

Lerouge-1767.jpg

Détail du plan Lerouge, 1767

L’édifice figure sur le plan Lerouge de 1767 et semble - selon des critères stylistiques - attribuable à la première moitié du XVIIIe siècle. La façade sur rue, joliment maçonnée en pierre de taille calcaire, est composée de deux niveaux d’habitation et d’un étage de comble. Elle se développe sur une longueur de cinq travées régulières, avec porte d’entrée en position centrale. On retrouve ici la distinction habituelle à Valognes entre les fenêtres de rez-de-chaussée, coiffées d’arcs surbaissés, et les baies de l’étage à linteau droit. Deux fenêtres à fronton éclairent les combles. Malgré la qualité de sa mise en œuvre, cette façade sur rue était initialement destinée à recevoir un enduit couvrant.

Ill-01.jpg

Façade sur rue

Le plan de l’édifice est assez singulier car il se compose en profondeur de deux corps parallèles, placés l’un au devant l’autre et séparés de quelques mètres par l’espace d’une petite cour intérieure. Ces deux corps disjoints sont toutefois reliés par un couloir trasnversal et une cage d’escalier, placée en retrait face à la petite cour intérieure, servant à desservir les deux parties de la maison. Un jardin long et étroit (parcelle en lanière) se développe sur l’arrière.

P1010019.JPG

Détail de l'une des cheminées en calcaire d'Yvetot-Bocage

Cette demeure a conservé intérieurement plusieurs cheminées du XVIIIe siècle, des éléments de boiserie et l’une de ses alcôves. Une partie des combles aménagés a également conservé ses cloisonnements en structures légères (bois, enduits, argile). Sans s’inscrire dans la typologie des hôtels particuliers, il s’agit d’un exemple intéressant et bien préservé de maison valognaise de cette période. 

J. Deshayes, mars 2013

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 16:20

portrait de Charles de Gerville

Né en 1769 dans la famille des seigneurs de Gerville-la-Forêt, entre La Haye-du-Puits et Lessay, Charles de Gerville est un homme profondément attaché à l’Ancien Régime. Il accueille la Révolution avec hostilité et émigre en 1792 pour s’engager dans les armées du duc de Bourbon. Rapidement démobilisé mais proscrit, il passe une dizaine d’années en Angleterre où il se forme aux sciences naturelles et à l’étude des monuments auprès des savants britanniques. De retour en France, installé à Valognes en 1811, il se consacre à de vastes recherches locales sur les sols, la faune, la flore, les villes et voies antiques et les monuments du Moyen Âge. Parcourant infatigablement le département de la Manche, il visite entre 1817 et 1821 plusieurs centaines d’églises, et les fait volontiers découvrir aux érudits français et anglais. Il complète systématiquement ses observations de terrain en faisant dessiner les monuments les plus intéressants et en dépouillant les archives des établissements religieux et des familles aristocratiques du Cotentin. Cette méthode assez originale lui permet de préciser l’âge de nombreuses constructions et d’en reconnaître les particularités, ce qui fait de lui un pionnier de l’archéologie du bâti. On lui doit d’avoir introduit en français l’adjectif « roman » pour caractériser le style de l’architecture des XIe-XIIe siècles. Ses travaux, essentiellement publiés dans les mémoires des sociétés savantes normandes, lui valentplusieurs distinctions sous la Restauration. D’un caractère difficile – défaut qui ne s’arrange pas avec l’âge –, Gerville se met cependant peu à peu à l’écart du monde de l’érudition à partir des années 1830. Devenu presque aveugle, il meurt à Valognes en 1853, âgé de 83 ans. Si ceux qui se reconnaissent ses disciples ne sont guère nombreux, ses recherches ont eu une influence décisive dans la constitution d’une science nationale de l’archéologie monumentale.

Alexis DOUCHIN

RETOUR

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:41

Dans le cadre du cycle des conférences hivernales des Dimanches du Patrimoine, le pays d’art et d’histoire du Clos du Cotentin propose, ce dimanche 20 janvier, une conférence intitulée « Armand Levéel, sculpteur Bricquebétais ».

AA

Armand Levéel est né à Bricquebec en 1821 de parents épiciers. Après des études mouvementées au Collèges de Valognes et de Cherbourg, son père l’expédie comme apprenti commis chez un commerçant de Rouen. Le métier l’ennuie et à 19 ans le voilà à Paris. « Paris et la vie de bohème à moi tout seul ». Après plusieurs petits métiers, il entre chez l’éditeur Fondeur Susse et côtoie tous les artistes de l’époque. Bien que ne rêvant pas de la vie d’artiste, il s’initie à la terre à modeler et rentre finalement dans l’atelier de Rude. Il apprend vite et se spécialise dans les sujets historiques. Il concourt dans les salons artistiques et prend part à la vie politique et révolutionnaire de son époque. Son caractère difficile et son franc parler lui fermeront des portes. Son œuvre majeure est la statue de Napoléon Ier à Cherbourg que va inaugurer Napoléon III en Août 1858. En septembre 1882 après 43 ans de séjour à Paris, il rentre dans sa maison du Maupas à Cherbourg. Il accepte le titre de conservateur du Musée Thomas Henry « conservateur gratuit ». Il s’éteint en Juillet 1905 laissant une œuvre considérable.

 Cette intervention, richement illustrée, sera animée par Claire Yvon, guide conférencière au Pays d’art et d’histoire. Elle débutera à 15h précises et se tiendra à la salle de la Gare à Bricquebec.

 

Tarif adultes = 4 €, étudiants = 1,50 € Gratuit enfants et chômeurs.

Pour tous renseignements complémentaires,

Contactez le Pays d’art et d’histoire du Clos du Cotentin au 02 33 95 01 26

pah.clos.cotentin@wanadoo.fr

Informations également disponibles sur notre blog : http://closducotentin.over-blog.fr/

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 11:24

En 1765 cette demeure appartenait au dénommé Joseph Laisné. Un sieur Laisné, teinturier, est à nouveau cité en 1786 parmi les résidants de cette demeure, qui correspondait alors au n°12 de la rue des Religieuses. Selon le recensement de 1786, logeaient aussi à cette adresse la demoiselle Jourdain, la veuve Tolmer et le bureau du tarif.

Valognes--rue-des-Religieuse-31.JPG

La façade sur rue comprend deux étages d’habitation et un niveau de combles, sur un rez-de-chaussée anciennement à usage de boutique, désormais transformé en garage. L’édifice est limité en largeur à deux travées ordonnancées, avec fenêtres coiffées d’arcs surbaissés au premier étage, fenêtres quadrangulaires à l’étage et fenêtres à pignon éclairant les combles. Un bandeau horizontal courre à l’appui des ouvertures du premier et du second étage. L’ensemble du parement en pierre calcaire est recouvert d’un enduit. Une étroite tour quadrangulaire adossée à la façade postérieure loge un escalier desservant les étages.

P1010253.jpg

Cette construction apparaît globalement attribuable au XVIIIe siècle mais l’aspect massif de la souche de cheminée et le principe de l’escalier hors-œuvre permettent de percevoir le maintien partiel d’une structure plus ancienne, pouvant remonter à l’époque de la Renaissance.

File0386.jpg

Détail d'une carte postale ancienne, vers 1900

On peut regretter naturellement la substitution d’un garage aux anciennes boutiques du rez-de-chaussée et  la sècheresse des barres métalliques servant de garde corps devant les fenêtres sur rue, qui altèrent un peu la sobre élégance de cette maison ancienne.

RETOUR

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 11:19

Cette maison, délimitée par l’hôtel Martin de Bouillon et la chasse dite du Vieux-Château appartenait en 1743 au dénommé Guillaume Couppey. En 1781 et 1782 est mentionné « le nommé Le Blanc représentant le sieur Couppey », puis, en 1786, la veuve Couppey, résidant au numéro qui correspondait alors au 21 de la rue Aubert.

export (80)

Il s’agit d’une petite construction de deux travées, ne comportant qu’un étage d’habitation et un étage de combles. Les percements de façade - fenêtre à arc surbaissé et fenêtre de comble à pignon -  sont caractéristiques des constructions valognaises du XVIIIe siècle mais la souche de cheminée massive indique la reprise probable d’un édifice plus ancien.

Valognes-43-rue-des-Religieuses-compress.jpg

L’élévation en moellon de pierre calcaire est recouverte côté rue d’un enduit à décor de « calepinage » ou de « faux appareil » surligné de traits rouges. Ce décor polychrome, qui appartient probablement à la seconde moitié du XIXe siècle, mérite d’être soigneusement conservé. Les huisseries ne sont pas antérieures au XXe siècle mais présentent également un certain intérêt. En dépit de sa modestie, cet édifice offre un bel exemple de bâti urbain du XVIIIe siècle.

Valognes-43-rue-des-Religieuses--compresse-deux.jpg

RETOUR

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 11:17

Au regard des archives consultées, il semble que cette demeure appartenait en 1786 au dénommé Vallée, exerçant le métier de charpentier.

P1010174-compress.jpg

Il s’agit d’une construction maçonnée en pierre calcaire comprenant en élévation deux étages et deux travées. Le rez-de-chaussée possède cependant trois ouvertures : une porte latérale et deux fenêtres d’inégales dimensions. Ces trois baies sont coiffées d’arcs cintrés mais la fenêtre centrale se distingue par sa clé saillante et sa plus grande largeur. Sans-doute s’agissait-il initialement d’une ouverture de boutique.

Par opposition aux baies du rez-de-chaussée, les fenêtres des étages sont à simple linteau droit et son abritées sous de petits arcs de décharges, aujourd’hui apparents. D’étroits bandeaux horizontaux courent à l’appui des fenêtres des deux étages.

Valognes-compress.jpg

De proportions harmonieuses cette ancienne maison à boutique offre un bel exemple de petite construction urbaine du XVIIIe siècle. Il faut regretter cependant la disparition de l’enduit qui devait initialement recouvrir la partie supérieure de la façade, et la disparition probable des gardes corps en fer forgé  devant avoir précédé les simples barrières en bois actuelles.

Retour

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • : Ce site présente les actualités proposées par l'équipe du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin. Il contient également des dossiers documentaires consacrés au patrimoine et à l'histoire de Valognes, Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • Contact