Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 15:46

Rue de l'Officialité (édifice détruit)

Anneville

Façade sur rue de l'hôtel d'Anneville, d'après une carte postale ancienne, vers 1900

Deux actes respectivement datés de 1641 et de 1655 mentionnent l'existence d'un édifice situé rue de l'Officialité, à l'emplacement du futur hôtel d'Anneville, et appartenant alors au sieur de Sottevast. Le 18 avril 1679 cette propriété est vendue par Robert-Arthur de Couvert, seigneur d’Auderville, à Guillaume Pouchin, écuyer, sieur du Cornez. Le 27 mai 1691 ce dernier la revend, pour la somme de 3 160 livres, à messire Bon-Thomas Castel, marquis de Saint-Pierre-Eglise. Le 8 décembre 1695 Charles-Claude de Bréauté rachète l'édifice - qui était probablement nouvellement construit - pour 6000 livres. Le 22 juin 1697, l'hôtel est acquis par Guillaume-Eustache d'Anneville, chevalier, seigneur de Chiffrevast, Anneville et Saint-Vaast, qui y réside jusqu'à sa mort en septembre 1700. Il passe ensuite par héritage en possession de son fils aîné, Bon Thomas d’Anneville seigneur et patron du Vaast, né en 1697, époux de sa cousine Barbe d'Anneville en 1715, décédé au château de Saint-Pierre-Eglise en mai 1729.  Jean-François d'Anneville, son successeur, né à Valognes le 7 mai 1726, marié en 1746 à Marie-Anne Jacqueline de Camprond, fut page puis officier du roi et décéda à Valognes en 1792.  La famille d'Anneville, l'une des plus importantes familles nobles du Cotentin, resta propriétaire de cet hôtel jusqu'en 1841. Ce dernier a malheureusement été détruit lors des bombardements alliés de juin 1944.

 

Anneville-Lerouge-copie-1.JPG

L'hôtel d'Anneville sur le plan Lerouge, 1767

Lors de la vente effectuée en mai 1691, l'édifice comprenait un petit corps de logis sur rue, avec salle, cuisine et office en rez-de-chaussée, chambres et greniers au dessus. Une cour abritant "de vieilles écuries" et un jardin potager occupaient l'arrière de la propriété. Un procès de voisinage opposant Bon-Thomas Castel à Jacques Barbou de Plainmarest, propriétaire de l'hôtel Pontas-Duméril, fait état, l'année suivante, de travaux entrepris par le nouvel acquéreur. Cette construction comprenait l'aile en retour, édifiée contre le mur formant séparation entre les deux propriétés.

photo-ancienne-cote-cour.jpg

Aperçu de la façade sur cour sur une photo de famille datant de la fin du XIXe / début du XXe siècle

La description fournie par l'inventaire après décès du sieur d'Anneville, le 20 septembre 1700, atteste bien que l'édifice avait été à cette date considérablement agrandi. Il comprenait désormais deux étages d'habitation, avec au moins six pièces de service en rez-de-chaussée (cuisine, laverie, celliers, office…), une "haute salle", trois chambres et un cabinet, au premier étage, trois autres chambres avec cabinet ou vestibule au second. Les communs édifiés dans la cour comprenaient notamment une remise à carrosse et une écurie. Un second inventaire après décès, dressé en mars 1729 suite au décès de Bon Thomas d’Anneville seigneur et patron du Vaast, décédé au château de Saint-Pierre Eglise, apporte de nouvelles précisions sur la distribution de l'hôtel. Il mentionne notamment la chambre du seigneur d'Anneville, située au premier étage, qui ouvrait sur la cour par deux croisées et était précédée par une antichambre accessible depuis l'escalier. La grande salle, donnant sur la rue, se trouvait sur le palier opposé et était suivie de deux autres chambres, l'une abritant cinq portraits de famille et la seconde étant située "sur la grande porte d’entrée de ladite maison". L'étage supérieur abritait notamment la chambre de la veuve et son cabinet, ainsi que "la chambre sur la haute salle où couchaient les enfants et les domestiques". Au nombre des pièces de service du rez-de-chaussée sont citées la cuisine, la buanderie, un grand cabinet, plusieurs celliers et une cave à vin. L'écurie servait aussi de logement au dénommé Laurent Lelong, palefrenier.

CPA-Anneville-copie-2.jpg

Aperçu de la façade arrière - avec aile en retour édifiée en 1692 - de l'hôtel d'Anneville,

carte postales ancienne, détail

 

Valognes-hotels-particuliers 1867

Partie ancienne subsistante de l'aile des communs (1692)

En 1785, Jean-François d'Anneville augmente la propriété d'une maison attenante comprenant "un petit salon, une cuisine à la suite, un cellier au derrière, avec les chambres, greniers et escaliers d'accès, le tout couvert en ardoise, un jardin potager de cinq perches avec une buanderie sur le Merderet". Le plan Lerouge de 1767 permet de distinguer le corps de logis principal, édifié sur la rue, et son aile en retour. Les cartes postales anciennes antérieures à juin 1944, montrent une élévation sur rue du XVIIIe siècle, se composant de six travées et de trois niveaux d'élévation. La porte cochère surmontée d'un arc en plein-cintre, permettant l'accès à la cour, était décalée sur la gauche de la façade. Les baies du rez-de-chaussée se distinguaient par leurs chambranles moulurés tandis que les fenêtres du premier étage étaient coiffées d'un simple linteau cintré et de celles du second étage d'un linteau droit. Les combles étaient éclairés par des lucarnes reportées aux deux extrémités latérales de la toiture. Cette aile sur rue comprenait deux étages d'habitation édifiés sur un rez-de-chaussée abritant les communs. Côté cour, elle conservait des percements datant de la Renaissance, indiquant la reprise d'un édifice antérieur. Le rez-de-chaussée de l'aile en retour, à usage de communs, est partiellement préservé.

 

H-d-Anneville18-7-1948.jpg

La reconstruction de l'hôtel d'Anneville après la seconde guerre mondiale

On aperçoit les écuries subsistantes en rez-de-chaussée de l'aile en retour

 

Retour

Stéphanie JAVEL et Julien DESHAYES, 2004

Partager cet article

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • : Ce site présente les actualités proposées par l'équipe du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin. Il contient également des dossiers documentaires consacrés au patrimoine et à l'histoire de Valognes, Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • Contact