Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 17:02

24, avenue Félix Buhot

L'hôtel de Louvières a été construit entre 1774 et 1776 en bordure de la nouvelle route royale de Cherbourg, dont le tracé résultait alors d'aménagements récents. L'acquisition du terrain, acheté au dénommé René Mitaine, bourgeois de Valognes, par Thomas-François-Michel Despierres, seigneur et patron de Louvières fit l'objet de trois contrats successifs, passés les 19 juillet 1774, 17 avril 1776 et 13 décembre 1778. L'acte de vente de 1774 indique que « Lesdits seigneurs et dame de Louvières se somment et s'obligent de faire bâtir sur ledit terrain une maison de la façon qu'ils jugeront à propos ». La construction de l'hôtel semble en effet immédiatement consécutive à ce premier achat car, lors de la vente du 17 avril 1776, il est bien précisé que le terrain acquit jouxtait le pignon d'une maison « récemment faite construire par ledit seigneur et la dame de Louvières ». Dans « L'état général des gentilshommes de Valognes » dressé en 1778, Monsieur de Louvières, habitait cette propriété, où il est recensé avec ses trois enfants et ses trois domestiques.

File0131.jpg

façade sur rue de l'édifice actuel

Le 21 avril 1788, son fils et héritier, Philippe-Michel Despierres, vend l'hôtel à Pierre Varin, expert géomètre, pour la somme de 13 060 livres. Passée la Révolution, en 1801, les soeurs de Saint-Augustin y installent une école, mais, par manque de place, elles doivent quitter la propriété en 1806. Le 5 février 1823, l'hôtel entre en possession du général d'Empire, puis député et sénateur, Jacques-Félix Meslin (1785-1872). Félix Buhot, peintre et illustrateur connu notamment pour ses illustrations des romans de Jules Barbey d'Aurevilly, était le filleul du général Meslin. Il naît dans cette maison le 9 juillet 1847, puis, devenu orphelin, y réside sous la garde de son tuteur. L'édifice, détruit par les bombardements alliés de juin 1944, a été, après guerre, entièrement reconstruit à l'identique par l'architecte Le Bouteiller.

Buhot--route-Cherbourg--Louvre.jpg

Félix Buhot, détail de l'hôtel de Louvières sur une vue de la route de Cherbourg

L'hôtel de Louvières est constitué d'un corps de logis de plan massé double en profondeur. Les deux étages carrés qui en composent l'élévation prennent appuis sur un niveau de soubassement, éclairé côté jardin par une série de soupiraux. Les façades sont formées de cinq travées qui s'ordonnancent, du côté de la rue comme sur le jardin, autour d'un faux avant-corps central à fronton triangulaire. Côté rue, ce fronton triangulaire abritait initialement une pierre d'attente destinée à recevoir des armoiries qui n'ont jamais été sculptées. Les baies se signalent par leurs linteaux ondulés à clé saillante.

Stéphanie Javel et Julien Deshayes

Retour

Partager cet article

Repost 0
closducotentin.over-blog.fr
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • Le blog de closducotentin.over-blog.fr
  • : Ce site présente les actualités proposées par l'équipe du Pays d'art et d'histoire du Clos du Cotentin. Il contient également des dossiers documentaires consacrés au patrimoine et à l'histoire de Valognes, Bricquebec et Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • Contact